Sarkozy lance le chantier du grand emprunt national

  • A
  • A
Sarkozy lance le chantier du grand emprunt national
Partagez sur :

Le montant de cet emprunt dépendra notamment "de la capacité d'endettement" de la France, a précisé mercredi le président.

Alain Juppé et Michel Rocard ont maintenant deux mois pour plancher. Nicolas Sarkozy a installé mercredi la commission chargée de réfléchir au grand emprunt national. Les deux anciens premiers ministres, ex-RPR et socialiste, en sont les présidents. Le chef de l’Etat n’a défini dans l’immédiat que les grandes lignes de cet emprunt alors que son lancement est prévu en 2010.

Ce projet, qui devait permettre de lutter à long terme contre la crise, avait été évoqué pour la première fois en juin dernier lors de la réunion du Congrès à Versailles. Il s’agit de financer uniquement les "priorités nationales", c’est-à-dire "des secteurs qui vont préparer l’avenir de la France", avait alors dit Nicolas Sarkozy face aux parlementaires.

Dans le détail, tout reste à définir. Comment emprunter ? "Nous prendrons avec le premier ministre la solution la plus efficace et la moins coûteuse", a simplement indiqué mercredi le président de la République. Combien emprunter ? "Le montant de l'emprunt national dépendra des besoins que vous allez identifier et de la capacité d'endettement que nous aurons,", a ajouté Nicolas Sarkozy. Certains de ses proches avaient évoqué 80 à 100 milliards d'euros mais la plupart des économistes jugent ce montant disproportionné et trop lourd pour la dette publique.

Parmi les "trois défis majeurs" identifiés par le chef de l’Etat : "l'économie de la connaissance", la "compétitivité des entreprises" et "les équipements industriels innovants". "Les emplois non qualifiés sont l'objet d'une concurrence intense, un pays comme la France ne gardera son niveau de vie et sa cohésion sociale qu'en élevant son niveau général de qualification", s’est justifié Nicolas Sarkozy.

> Rocard se lance dans un grand "inventaire"