Sarkozy dénonce "une véritable démolition de la politique familiale"

  • A
  • A
Sarkozy dénonce "une véritable démolition de la politique familiale"
Partagez sur :

Invité de la matinale d'Europe 1 mercredi, l'ancien président de la République a estimé qu'il fallait restaurer les déductions fiscales pour l'emploi d'une personne à domicile et supprimer la modulation des allocations familiales.

INTERVIEW

Invité spécial de la matinale d'Europe 1, Nicolas Sarkozy a dénoncé "une véritable démolition de la politique familiale", avant de prôner davantage de déductions fiscales pour les emplois à domicile et la fin de la modulation des allocations familiales en fonction des revenus.

Depuis cette année, le montant des allocations familiales varie en fonction des revenus d'un ménage : plus il gagne de l'argent, moins il touche d'allocations. Une modulation que l'ancien président de la République souhaiterait supprimer. "Je suis pour l’universalité des allocations familiales. Pourquoi ? Parce que les allocations familiales sont payées par des cotisations qui sont elles-mêmes déplafonnées. Donc, pour avoir la même somme à l’arrivée, vous payez plus quand vous gagnez plus, ce qui est normal", a-t-il déclaré.

Et Nicolas Sarkozy de dénoncer une autre réforme menée par le gouvernement Valls : la baisse des déductions fiscales pour l'emploi d'une personne à domicile. "Ce qui me choque le plus dans la véritable démolition de la politique familiale qui a été engagée, c’est le fait qu’on a réduit les parts par enfant mais surtout la possibilité de déduction (fiscale) sur les emplois familiaux. Pour la première fois depuis une dizaine d’années, le nombre d’emplois familiaux créés en France a diminué. Alors que ces emplois sont pour des gens qui n’ont pas de formation, sortent les gens du chômage et aident des familles où maintenant 100% des jeunes femmes veulent travailler, souhaitent travailler et ont besoin de travailler", a argumenté le président de Les Républicains. 

>>> Les moments forts de la matinale spéciale avec Nicolas Sarkozy