Sarkozy annonce l'extension du RSA aux moins de 25 ans

  • A
  • A
Sarkozy annonce l'extension du RSA aux moins de 25 ans
Partagez sur :

Le coût du plan en faveur de la jeunesse annoncé, mardi à Avignon, par le président de la République s'élèvera à 500 millions d'euros.

Nicolas Sarkozy a détaillé, mardi à Avignon, une batterie de mesures pour les jeunes. Au total, ce plan pour la jeunesse devrait s'élever à 500 millions d'euros. La moitié de cette somme ira à l'extension du RSA aux moins de 25 ans.

> RSA -Le président a annoncél'extension du revenu de solidarité active aux jeunes de moins de 25 ans qui ont travaillé au moins deux ans. C'est "un nouveau droit social pour les jeunes travailleurs de notre pays", a ajouté le chef de l'Etat.

"J'en attends que les jeunes considèrent qu'ils sont respectés, qu'ils ont les mêmes droits que les autres et donc qu'on pourra leur demander les mêmes devoirs que les autres", a-t-il aussi dit. 160.000 jeunes sont concernés par cette réforme.

Lancé le 1er juin, le RSA était jusqu'à présent réservé aux plus de 25 ans. Il permet aux personnes qui travaillent de cumuler allocation et petit salaire.













> LE DECROCHAGE SCOLAIRE-Peu avant, Nicolas Sarkozy avait assuré que la "priorité absolue" serait donnée aux jeunes en rupture avec le système éducatif, perdus entre 16 et 18 ans dans un "triangle des Bermudes" administratif, puisqu'aucun processus n'est prévu pour eux.

Le président a dénoncé : "Un véritable trou noir scandaleux socialement, coûteux financièrement, dramatique pour la cohésion de la société" dans lequel s'enfonce cette catégorie, au sortir de la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans.

"Nous allons mener une guerre sans merci contre le décrochage scolaire", a assuré le président, pour qui il y a, chaque année, 100.000 de ces jeunes "qui disparaissent dans un triangle des Bermudes administratif", "sans aucun système d'aide". "Aucun ne restera abandonné à lui-même", a promis Nicolas Sarkozy à propos de ceux qu'il a appelés "les décrocheurs".


> FINANCEMENT DES ETUDES - Le président a lancé l'idée que les entreprises puissent financer les études d'un jeune dans le cadre d'un "pré-recrutement" et invité patronat et syndicats à négocier sur le sujet. "Cela s'appelle de la fidélisation, pourquoi ne pas le permettre ?", a ajouté Nicolas Sarkozy, jugeant que "cela donnerait des ressources aux IUT et aux centres d'apprentissage".


> SANTE - L'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) sera doublée pour les jeunes à partir de 2010, a annoncé Nicolas Sarkozy. "La première politique de prévention, c'est de permettre aux jeunes d'avoir une complémentaire", a estimé le président de la République.

L'ACS est un dispositif qui vise à faciliter l'accès à une complémentaire santé (mutuelle, assurance privée, institut de prévoyance) pour les ménages qui, bien qu'ayant des revenus modestes, ne sont pas éligibles à la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C).


> SERVICE CIVIQUE - Une proposition de loi, déposée au Sénat, devrait être débattue à l'automne. Elle prévoit l'intégration de 10.000 jeunes dès 2010. A terme, l'objectif visé est de 10% d'une classe d'âge.


> AIDE A L'INSERTION - 6.000 jeunes expérimenteront "le parcours d'insertion contractualisé", pour lequel un jeune "qui accepte de jouer le jeu" recevra une dotation "one shot" de 2.500 euros pour l'aider à lever les obstacles à son insertion professionnelle, comme par exemple : le permis de conduire, l'aide au logement si déménagement nécessaire...