Salaires : la France, un pays équitable ?

  • A
  • A
Salaires : la France, un pays équitable ?
Partagez sur :

Selon une étude de l'Insee, l'écart entre les salariés les mieux et les moins bien payés se réduit.

C'est une vieille idée reçue à laquelle l'Insee veut tordre le cou : non, les écarts de salaires ne se creusent pas en France. A en croire une étude de l'institut de statistique publiée mercredi matin, c'est même le contraire.

10.07 fiche de paie salaire CSG. 930620

© MAX PPP

Des écarts qui se resserrent. Entre 1967 et 2009, l'écart de rémunération entre les 10 % de salariés du privé à temps complet les moins payés et les 10% les mieux payés s'est - légèrement - réduit. En l'espace de 42 ans, le rapport entre ces deux catégories est passé de 3,5 à 3. Et dans le même temps, l'indice de Gini, un autre mécanisme utilisé pour mesurer la disparité entre les salaires, est passé de 0,32 à 0,29. Or, plus l'indice de Gini se rapproche de 0, plus la situation est égalitaire.

Selon Elise Coudin, du Centre de recherche en économie et statistique (le CREST, qui dépend de l'Insee), le même phénomène se retrouve si l'on observe des populations plus petites : "Si on prenait les 5 % les mieux payés par rapport aux 5 % les moins bien payés, on aurait le même constat. Pour arriver à la conclusion inverse, il faudrait se focaliser sur les 0,1 % les plus élevés. Là, on verrait un accroissement des disparités", note-t-elle.

• Les petits salaires ont fortement progressé. Selon l'Insee, cette baisse s'est surtout produite du côté des moins bien payés. En clair, ce ne sont pas les plus riches qui ont vu leur salaire baisser, mais bien les plus pauvres qui ont vu leur rémunération augmenter.

Pour expliquer ce phénomène, l'Insee  n'apporte pas de réponse définitive, mais propose néanmoins une piste : la revalorisation régulière du salaire minimum. Si son montant n'affecte pas les hauts revenus, il a en revanche une forte influence sur les moins bien payés, dont la rémunération est souvent exprimée en pourcentage du Smic. "Le niveau du salaire minimum, qui a beaucoup augmenté sur la période, a permis de faire relever les salaires les plus bas", estime Elise Coudain.