S&P dégrade la France à AA

  • A
  • A
S&P dégrade la France à AA
@ REUTERS
Partagez sur :

L'agence de notation financière pointe la perte de marge de manoeuvre financière et le chômage élevé du pays. 

L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's (S&P) a abaissé vendredi d'un cran la note de la France, à "AA", estimant que le pays avait perdu de sa marge de manoeuvre financière et n'était pas en mesure de se réformer davantage en raison du maintien d'un chômage élevé. Des critiques immédiatement dénoncées par le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, qui déplore, dans un communiqué, les jugements "critiques et inexacts" de S&P. Jean-Marc Ayrault a également réagi à Marseille en estimant que S&P "ne prend pas en compte toute les réformes" et que la note de la France restait "l'une des meilleures du monde".

La nouvelle note attribuée à la France est la troisième meilleure possible dans la classification de S&P. Sa perspective est "stable", ce qui implique que l'agence n'envisage pas de la modifier de nouveau à court ou moyen terme. "Les facteurs de risques pesant sur la qualité de crédit de la France s'équilibrent", écrit l'agence.

"Nous estimons que les réformes engagées dans les domaines de la fiscalité, du secteur des biens et services et du marché du travail n'amélioreront pas sensiblement les perspectives de croissance de la France à moyen terme, et que la persistance d'un taux de chômage élevé affaiblit le soutien populaire en faveur de nouvelles mesures d'envergure en matière de politique budgétaire et de réformes structurelles", explique l'agence dans un communiqué. "Nous pensons également que la faible croissance économique limite la capacité du gouvernement à consolider le redressement des finances publiques", poursuit-elle.   

La note accordée à la dette court terme du pays reste par ailleurs fixée à "A-1+", soit la meilleure possible.

sur le même sujet

DECRYPTAGE. Perte du triple A : c'est pas la note qui compte

L'INFO - La France a perdu son dernier triple A

INTERVIEW - S&P salue la "volonté" de la France

DECRYPTAGE - La France privée de AAA, c'est grave?

EDITO - Moody's : les taux français impactés?