Ryanair veut proposer des vols vers les États-Unis à 10 euros mais...

  • A
  • A
Ryanair veut proposer des vols vers les États-Unis à 10 euros mais...
@ MAXPPP
Partagez sur :

EFFET D’ANNONCE - Le patron de la compagnie low-cost assure avoir trouvé son business modèle. Reste à trouver des avions long-courrier. 

Le PDG de Ryanair, Michael O'Leary, veut frapper un grand coût dans le monde du transport aérien en permettant aux voyageurs de traverser l’Atlantique avec un billet low-cost. La compagnie pourrait proposer des vols à 10 euros pour New-York ou Boston dès 2019, assure Michael O’Leary. Le projet serait de faire partir des vols de quatorze grandes villes européennes, à destination d’au moins douze destinations américaines, a assuré le patron de Ryanair dans un entretien à la presse allemande.

Un voyage à prix mini. L’idée serait de proposer un Paris/New-York à 10 euros, et le retour à 7,50 euros, contre environ 650 euros actuellement. A ce prix, les voyageurs devraient toutefois payer l’ensemble des services, de la bouteille d’eau, au repas, en passant par les films et les bagages en soute. "Tous les sièges ne seront pas à 10 euros bien sûr. Il y aura un grand nombre de places 'business' ou 'premium'", souligne Michael O'Leary. Sur ces catégories, aucun tarif n'a été communiqué.

Un beau projet, futur. Un bémol toutefois : la compagnie n’a pas d’appareils capables d’effectuer le vol transatlantique pour le moment. Ryanair devra donc investir fortement pour s’équiper en long-courrier. "C'est une flotte de 30, 40 ou 50 avions dont nous aurons besoin et pas seulement six avions", explique Michael O'Leary lors de la conférence Irish Hotels Fédération. Des investissements qui pourraient être difficiles à réaliser, Ryanair étant tombé dans le rouge au 3e trimestre 2013/2014. Toutefois, Micheal O'Leary reste confiant et se donne cinq ans pour acquérir de nouveaux avions. Une fois cette flotte constituée, il faudra attendre au moins six mois avant que les vols transatlantiques ne commencent, précise-t-il. 

sujet_scalewidth_460

DOUTES - Ryanair vole-t-elle dans la mauvaise direction?

SERVICE - Mini révolution dans les avions Ryanair