Retraites : que risquent les fonctionnaires ?

  • A
  • A
Retraites : que risquent les fonctionnaires ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Que changerait un alignement partiel du calcul sur le privé, comme le propose le rapport Moreau ?

La proposition. Le rapport Moreau n'a pas encore été remis au Premier ministre mais déjà l'une de ses propositions suscite une levée de boucliers de la part des syndicats de la fonction publique. Pour assurer la pérennité du système des retraites français, le rapport de la commission d'experts sur l'avenir des retraites présidée par Yannick Moreau préconise d'aligner partiellement le calcul des pensions dans la fonction publique sur celui du privé.

>> LIRE AUSSI : Retraites : une réforme, plusieurs pistes

En clair, la pension de retraite d'un fonctionnaire ne serait plus calculée sur ses six derniers mois de carrière comme c'est le cas aujourd'hui mais sur une période allant des 3 aux 10 dernières années. Dans le privé, ce sont les 25 meilleures années qui sont prises en compte. En échange, une partie des primes, qui représentent en moyenne 20 à 30% de la rémunération d'un fonctionnaire, pourrait être intégrée dans le calcul de la pension de retraite.

Ce que cela changerait. Contacté par Europe1.fr, Gilles Oberrieder, secrétaire de l'union des fonctionnaires de la CGT et spécialisé sur les questions de retraite,  a sorti sa calculatrice pour évaluer la baisse qu'engendrerait une telle proposition. En tenant compte des dix dernières années de rémunération et non plus les six derniers mois, la pension de retraite d'un fonctionnaire baisserait de 6% pour les catégories C (équivalent des employés), de 8% pour les catégories B (équivalent des professions intermédiaires) et de 10% pour les catégories A (équivalent des cadres). La diminution serait deux fois moins forte si le calcul s'appuyait sur les 5 dernières années de carrière et non les 10 dernières. De son côté, l'Insee a calculé que si on alignait totalement le calcul sur les règles du privé (autrement dit les 25 meilleures années), la pension des fonctionnaires chuterait de 10 à 20%.

Plus que dans le privé. Que perçoit aujourd'hui un fonctionnaire qui part à la retraite ? En moyenne 1.301 euros par mois, selon les calculs de Gilles Oberrieder. Mais ce montant cache une grande diversité de situations, selon le régime, la catégorie et le sexe : une femme ayant travaillé en catégorie C dans la fonction publique territoriale touche ainsi 823 euros par mois, contre 2.124 euros pour un homme en catégorie A dans la fonction publique d'Etat.

La moyenne est en tout cas plus élevée que celle pour tous les Français retraités établie par l'Insee (1.216 euros en 2010). Le conseil d'orientation des retraites (COR) calculait également qu'un retraité de la SNCF ou de la fonction publique touche aujourd'hui près de 23.000 euros par an, contre 20.000 pour les cadres du privé (retraites de base et complémentaires comprises) et 10.756 euros pour les non-cadres, rapporte Le Monde. Et si rien n'est fait, cet écart devrait encore se creuser : en 2050, la pension moyenne d'un fonctionnaire atteindra 27.000 euros en 2050, contre 22.500 pour un cadre du privé et 14.152 euros pour un non-cadre. 

Un "casus belli", avertit la CGT. Sans surprise, les syndicats de fonctionnaires ont très mal accueilli la proposition d'aligner en partie le calcul des pensions sur le privé. La FSU, principal syndicat de la fonction publique, s'y oppose, tout comme l'Unsa-Fonction publique. "Ca ne nous pose pas de problème de dire que les agents publics peuvent participer à une solution" pour assurer répondre au déséquilibre du système de retraite le système des retraites, explique le secrétaire général de l'Unsa-Fonction publique Guy Barbier. "Mais la réduire à une pseudo-égalité mathématique qui aboutirait à faire beaucoup de perdants se heurterait à un refus total et nous n'hésiterions pas à appeler à mobiliser contre un dispositif de cette nature." Le représentant de la CGT Eric Aubin a de son côté prévenu : une telle mesure, si elle était retenue par le gouvernement, serait un "casus belli".