Retraites : l’avis des grands patrons

  • A
  • A
Retraites : l’avis des grands patrons
@ REUTERS
Partagez sur :

Les grands patrons veulent bien contribuer au financement des retraites, mais pas trop.

Le gouvernement entend, pour financer le système des retraites, relever plusieurs taxes sur le capital, créer une contribution supplémentaire sur les hauts revenus et donner un coup de rabot aux allègements de cotisations patronales. Ce volet de la réforme, mis en avant par le gouvernement comme un élément d’équité, ne réjouit pas vraiment le patronat.

Ainsi, le Medef a rapidement réagi mercredi à l’annonce de la réforme, dénonçant "l'augmentation des taxes sur l'épargne", jugée néfaste au financement des entreprises. Mais, au-delà du Medef, que pensent les grands patrons de cette réforme ?

"Un peu ca va, mais pas trop"

Réunis dans les salons de l'Assemblée nationale, une partie des patrons du CAC40 se sont rencontrés mercredi pour discuter de l’actualité. Rapidement, la réforme des retraites s’est immiscée dans les débats.

Maurice Lévy, patron du groupe de communication Publicis, estime par exemple qu’un effort des hauts revenus est nécessaire, mais dans certaines limites.

"Que les entreprises aient à contribuer, oui, un peu ca va, mais pas trop", a-t-il réagi :

Maurice Lévy estime par ailleurs que le patronat français se montre exemplaire depuis le début de la crise, justifiant ainsi un effort modéré des hauts revenus à la future réforme des retraites.

Inquiétude pour la compétitivité

Thierry Desmarest, ancien patron de Total devenu président du conseil d’administration du géant français, se montre plus circonspect. Mondialisation oblige, la compétition entre les entreprises et les patrons est féroce. A ses yeux, taxer d’avantage les hauts revenus et les entreprises, c’est donc affaiblir l’économie française.

"Il faudrait faire attention à ce que cela ne nuise pas à la compétitivité française", a-t-il réagi :

Une étude, réalisée fin 2009 pour Capital par le cabinet d'études financières PrimeView, a pourtant montré que les grands patrons français restent les mieux payés d’Europe, avec un revenu moyen des cinquante patrons les mieux payés s'élevant à 3,8 millions d'euros en 2008.

En 2009, les salaires des patrons du CAC 40 ont grimpé de 4%. Sur la même période, le taux horaire du SMIC a été augmenté de 1,7%.