Retraites complémentaires : le compte n’y est pas

  • A
  • A
Retraites complémentaires : le compte n’y est pas
@ MAXPPP
Partagez sur :

TROP JUSTE - Les régimes complémentaires vont rentrer dans le rouge, malgré la réforme des retraites.

La réforme des retraites portée par Marisol Touraine, promulguée en janvier, et destinée à sauver le système des retraites, ne suffira pas à remettre à l’équilibre les régimes complémentaires. Telle est la conclusion du rapport rendu mercredi par le Comité de suivi, instauré par ladite réforme. En effet, les ressources de l’Agirc et de l’Arrco devraient être épuisées entre 2018 et 2024, si le gouvernement n’agit pas. Au mieux, les sacrifices consentis par les partenaires sociaux comme l’allongement de la durée de cotisation, le gel des pensions ou la hausse des cotisations permettront un retour à l'équilibre des retraites de base d'ici à 2020, si la conjoncture est clémente.

>> A VOIR AUSSI - Les retraites des cadres

Des prévisions de croissances optimistes. Une fois n’est pas coutume, le gouvernement a été plutôt généreux sur ses prévisions de croissance, qu’il estime à 1% pour cette année, et donc sur les recettes qui en découlent. Les cinq membres du comité (deux économistes, une grande dirigeante du privé et des hauts fonctionnaires) estiment dans leur rapport que "les hypothèses de croissance, tant à court, moyen et long terme prêtent, légitimement, à débat".

Ces prévisions prévoient notamment une réduction importante du chômage. Or celui-ci est un élément clef du financement des retraites, car plus il y a de gens qui travaillent, plus les cotisations sont importantes. Le comité s’appuie sur les doutes émis en avril par le Haut conseil aux finances publiques pour étayer son argumentaire.

>> A LIRE AUSSI - Ce qu’il faut savoir sur le compte pénibilité

L’assèchement de l’Arrco et de l’Agirc. Le régime des retraites complémentaires voit son avenir en rouge. L'Agirc, autrement dit la retraite complémentaire des cadres, avait déjà tiré la sonnette d’alarme : le déficit s’élevait à 3,2 milliards en 2013 et devrait atteindre 5 milliards en 2018. Plus que ses réserves actuelles.

Même bilan du côté de l'Arrco, retraite complémentaire à laquelle cotisent salariés et cadres, dont l’épuisement des ressources est attendu pour 2024. En effet, son déficit atteint près de 3 milliards d’euros actuellement, mais devrait tripler en dix ans. Et comme l’âge de départ à la retraite n’a pas été relevé, les effets de la réforme Touraine ne devraient pas se faire sentir avant 2025, selon Le Figaro.

>> A LIRE AUSSI - Un geste pour les petites retraites ? C'est mal engagé...

Le régime général est sauvé ? Un retour à l’équilibre des retraites de base à l’horizon 2020 "reste accessible", écrit le comité. Toutefois, il rappelle encore une fois que "les aléas de la croissance demeurent le principal défi auquel est confronté le système, défi auquel il conviendra d'apporter des réponses". Or, les prévisions de croissance pour cette année devraient être revues à la baisse, ce qui est de mauvais augure.

Nommé depuis peu, les experts n’ont pas formulé de propositions pour améliorer le système. Pour se prononcer, ils attendent les futures projections du Conseil d'orientation des retraites, prévues d'ici à la fin de l'année. L’intérêt : celles-ci prendront en compte les effets de la récente réforme, ce qui donnera une meilleure vision de l’action du gouvernement.

Dans le détail, ce que prévoit la réforme. La réforme des retraites modifie, entre autres, la durée de cotisation, impose aux entreprises de créer un compte pénibilité ou encore, le gel des pensions... Retrouvez ici l'ensemble des mesures et les spécificités de votre régime.