Retraites : ce que le gouvernement a décidé

  • A
  • A
Retraites : ce que le gouvernement a décidé
Jean-Marc Ayrault mardi soir à Matignon.@ Capture d'écran i>télé
Partagez sur :

Pas de hausse de la CSG : la durée de cotisation et son montant vont augmenter. Un compte pénibilité va être créé.

 L'INFO - Fin du suspense : on sait désormais comment sera financé le régime des retraites. Sitôt le dernier round de consultation avec les partenaires sociaux bouclé, Jean-Marc Ayrault a en effet dévoilé ses arbitrages mardi soir à des députés avant de s'adresser aux Français. Voici ce qu'il faut retenir. 

Allonger de la durée de cotisations : "la seule solution". Il n'y avait "pas d'autre solution" que d'allonger la durée de cotisation nécessaire pour bénéficier d'une pension à taux plein", a expliqué Jean-Marc Ayrault en présentant sa réforme. Cette mesure "s'appliquera à tous: salariés du privé, fonctionnaires et agents des entreprises publiques", a précisé Jean-Marc Ayrault.

La durée de cotisation, qui s'élèvera en 2020 à 41 ans et trois trimestres, sera portée progressivement à 43 ans en 2035. Dans le détail, la durée de cotisation requise pour une retraite à taux plein, qui s'élèvera à 41 ans et trois trimestres en 2020, sera ensuite portée à 42 ans en 2023, 42 ans et un trimestre en 2026, 42 ans et demi en 2029, 42 ans et trois trimestres en 2032, et 43 ans en 2035. Cela "conduira petit à petit à un recul de l'âge effectif de départ à la retraite et c'est en cela que cette retraite est une réforme structurelle majeure", a expliqué Jean-Marc Ayrault.



Pas de hausse de la CSG… Un temps sérieusement envisagée par le gouvernement, cette piste a finalement été écartée.

… mais une augmentation des cotisations salariés et employeurs. Elle sera progressive sur quatre ans : 0,15 point en 2014, puis 0,05 en 2015, 2016 et 2017, soit au final 0,3 point pour les actifs comme pour les employeurs en 2017.

Travailler dur pour travailler moins longtemps

Le compte pénibilité sera financé par les entreprises. Le futur compte pénibilité, mis en place à partir du 1er janvier 2015 dans le cadre de la réforme des retraites, sera financé par les entreprises, a indiqué mardi Matignon. Ce compte personnel de pénibilité sera "financé par une cotisation des employeurs : une cotisation minimale de toutes les entreprises et une cotisation de chaque entreprise tenant compte de la pénibilité qui lui est propre".

Les retraités mis à contribution. Les majorations attribuées aux parents de trois enfants seront soumises à l'impôt, ce qui n'était pas le cas auparavant et ce, pour tous les régimes. De plus, les pensions seront désormais revalorisées chaque année le 1er octobre au lieu du 1er avril.

Ces mesures rapporteront 7,3 milliards en 2020. Les mesures annoncées pour la réforme des retraites vont rapporter 7,3 milliards d'euros en 2020 au régime général (salariés du privé), selon le document présenté à Matignon. Cet apport, assuré en grande partie par la hausse des cotisations vieillesse (4,4 milliards d'euros) permettra de compenser le déficit du régime général, évalué à 7,6 milliards d'euros en 2020.