Renault Talisman : la nouvelle berline dévoilée

  • A
  • A
Renault Talisman : la nouvelle berline dévoilée
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

AUTO - Plus ronde dans ses formes et plus spacieuse… la nouvelle berline de Renault a pour mission de concurrencer ses rivales allemandes.

Le nom avait été dévoilé il y a une semaine. La voiture l'a été lundi. C'est au château de Chantilly que Renault a présenté la Talisman, sa nouvelle Berline, remplaçante de la Laguna devenue impopulaire. Design, équipements, confort… avec ce nouveau modèle, le constructeur français veut partir à la conquête d'un secteur dominé par ses concurrents allemands.



Plus spacieuse que la Laguna. La Talisman se caractérise par des dimensions plus généreuses que celle de la Laguna : 4,85 mètres de long contre 4,70 mètres. Plus d'espace aussi dans l'habitacle avec plus de 26 cm aux genoux et 28 litres de rangement à l'arrière. Le design évolue aussi. Délaissant les formes anguleuses de la Laguna, la Talisman a une silhouette à la fois ronde et musclée.



Une version break commercialisée en 2016. Cette nouvelle berline, qui sera fabriquée à Douai dans le Nord, sera commercialisée dès la fin de l'année en France, puis dans le reste de l'Europe, au Maghreb et en Turquie. Une offre qui s'enrichira avec une version break "Estate", présentée en septembre pour une commercialisation en janvier 2016. Aucun tarif n'a pour le moment été communiqué.

Concurrencer les berlines allemandes... "Les grandes routières représentent un marché d'un million de véhicules par an en Europe. Il n'y a pas de raison que Renault ne soit pas sur ce segment", a souligné un porte-parole du constructeur. Pour le moment, le constructeur français peine à exister face au trio germanique composé de BMW, Mercedes-Benz et Audi. La Talisman a ainsi pour mission d'effacer le mauvais souvenir de la Laguna III qui n'a jamais trouvé son public.

… et tourner la page de la Laguna. De 1994 à 2015, ce sont trois générations de Laguna qui se sont succédé, avec des réussites contrastées. Le choix de garder encore le même nom pour le troisième modèle avait même été critiqué par les spécialistes. Si la Laguna I avec 1,4 million d'exemplaires vendus, avait bien fonctionné, c'était déjà moins le cas de la Laguna II - 1,1 million - à cause de problèmes de fiabilité. Et la Laguna III, elle, ne s'est écoulée qu'à 345.000 exemplaires depuis sa sortie en 2007.

"Ce sera difficile de s'imposer". Renault réussira-t-il son pari ? "C'est difficile pour un constructeur généraliste de ne pas être présent sur  ce secteur. Les berlines sont le cœur de gamme, plus cher, avec de bonnes marges", explique pour Europe 1 Flavien Neuvy, de l'observatoire automobile Cetelem. Qui tempère toutefois : "ce sera très difficile de s'imposer dans un si petit secteur (11% des ventes automobiles) avec autant de concurrents : la 508, la C4, l'Audi A4 etc. C'est un pari".