Renault: Ghosn lance l’opération séduction

  • A
  • A
Renault: Ghosn lance l’opération séduction
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Le groupe automobile réorganise ses équipes pour tourner la page de la fausse affaire d'espionnage.

Après un début d’année marqué par une fausse affaire d'espionnage qui l’a amené à accuser, à tort, plusieurs de ses cadres, le groupe Renault-Nissan tente de rebondir. Son PDG, Carlos Ghosn, a annoncé vendredi la nomination d'un nouveau directeur pour son service de sécurité interne et multiplié les déclarations rassurantes.

"Tout ce qui a été annoncé a été fait et nous sommes repartis", a-t-il déclaré vendredi soir sur Europe 1, avant d’ajouter : "ce qui est important est de ressouder Renault autour d’une équipe de direction, avec une stratégie, avec une série d’objectifs".

Un service de sécurité rénové

Renault a d’abord annoncé la nomination d'un nouveau directeur de la sécurité interne, après avoir été berné par son ex-"Monsieur sécurité". Ce dernier, Dominique Gevrey, a depuis été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et incarcéré.

Passé par La Poste et PPR, Eric Le Grand lui succède et Jean-Marc Berlioz, ancien conseiller au ministère de l'Intérieur, sera en charge de contrôler le travail du service de sécurité. Ce dernier en rendra compte directement à Carlos Ghosn.

"Nous allons en tirer toutes les conséquences, a martelé Carlos Ghosn sur Europe 1 :

Renault va aussi mettre en place une direction de l'éthique, sans préciser le nom de la personne qui le dirigera.

Un patron plus présent

L’autre grand défi est de changer l'image de Carlos Goshn auprès du grand public, notamment en le rendant un peu plus proche de ses équipes. Le patron, qui partage son temps de travail entre la France et le Japon, a souvent été accusé de ne pas assez s’impliquer en France.

Du côté de l’entreprise, Carlos Ghosn devrait passer plus de temps sur le terrain et un peu moins dans les avions. Dans une semaine, il accompagnera, par exemple, une équipe de journalistes français au Portugal pour essayer lui-même les nouvelles voitures Renault électriques. La proximité, ce sera le mot d'ordre.

Et meilleur communicant

Du côté de la communication, "on va essayer de montrer que Carlos est un homme plein d'humour et proche des gens", confie-t-on parmi ses proches. Pour changer son image rigide et lointaine, ses nouveaux conseillers auront, par exemple, pour mission de choisir des photos un peu plus chaleureuses.

"Actuellement, on le voit toujours avec un air sévère et un visage de samouraï", confie un proche, "il faut qu'on change ça". A défaut de séduire, Carlos Ghosn est déjà attelé à rassurer, martelant que l’emploi en France n’est pas menacé. "On est en train de concentrer sur la France tous les produits à forte valeur ajoutée, à forte technologie, comme la voiture électrique, les batteries, les véhicules utilitaires, le haut-de-gamme", a-t-il détaillé sur Europe 1.