Réforme du travail : les Français contre un plafonnement des indemnités prud'homales

  • A
  • A
Réforme du travail : les Français contre un plafonnement des indemnités prud'homales
56% des sondés rejettent un plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, l'une des mesures de la réforme du code du travail voulu par Emmanuel Macron@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Une grande majorité des sondés (72%) est favorable à une fusion des instances représentatives du personnel.

Les Français veulent une réforme du code du travail mais ils sont opposés à 56% à un plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, qui figure au programme du président Macron, indique un sondage Elabe*.

La moitié des sondés fait confiance au gouvernement. Selon ce sondage diffusé dimanche soir et réalisé pour Les Échos, Radio Classique et l'Institut Montaigne, 44% des Français sont favorables à une réforme "en profondeur" du code du travail, mais 50% veulent "l'aménager sur quelques aspects seulement". Ils ne sont que 6% à désirer le statu quo. 50% font confiance à Emmanuel Macron et Édouard Philippe pour proposer une réforme qui "profite autant aux salariés qu'aux employeurs". 49% n'ont pas confiance.

Les indemnités prud'homales, ligne rouge. Mais quand ils sont interrogés sur les principales mesures soutenues par Emmanuel Macron lors de sa campagne, 56% des sondés rejettent un plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, ligne rouge pour tous les syndicats. Une grande majorité (72%) est en revanche favorable à une fusion des instances représentatives du personnel ou à l'organisation par l'employeur de référendum en cas d'accord minoritaire (71%). Les Français sont moins nombreux (57%) à approuver qu'un accord d'entreprise déroge à un accord de branche pour fixer le seuil de déclenchement des heures supplémentaires.

*Ce sondage a été réalisé auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 1.051 personnes (méthode des quotas), interrogées par internet les 23 et 24 mai.