Redressé, Doux se fait racheter en douceur

  • A
  • A
Redressé, Doux se fait racheter en douceur
L'usine Doux à Châteaulin, dans le Finistère. @ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

CA VA MIEUX - Le Français Terrena devrait reprendre le volailler et tous ses salariés, pour surfer sur un marché "en croissance".

Redressé et de nouveau dynamique, Doux intéresse les repreneurs. Le volailler breton, sorti du redressement judiciaire en 2013, devrait passer entre les mains du groupe coopératif agricole Terrena, le 2e en France dans ce secteur. Terrena conserverait les 2.200 salariés du groupe.

Calmels céderait ses parts. "Terrena, accompagné de Sofiprotéol (poids lourd des huiles et protéines végétales, ndlr) au titre d'actionnaire minoritaire, annonce la signature d'un accord d'exclusivité avec D&P Participations, filiale de la holding de la famille Calmels, en vue du rachat de sa participation majoritaire de 52,5% dans le groupe Doux", indique un communiqué conjoint. "La période d'exclusivité sera mise à profit pour finaliser un projet d'accord au terme duquel l'opération pourrait être réalisée", précise le document.

Un "marché de la volaille en croissance". A l'issue de l'opération, Terrena, accompagné de Sofiprotéol, détiendrait la majorité du capital du groupe Doux aux côtés des actionnaires de référence actuels, à savoir le groupe saoudien Almunajem (25%), principal client du volailler, et la famille Doux (22,5%). "Par ce projet, les partenaires entendent tirer parti d'un marché de la volaille en croissance porté par une consommation mondiale dynamique, et contribuer à la consolidation d'une filière volaille compétitive à l'export et créatrice de valeur pour les éleveurs français", ajoute le communiqué.

"On se doutait depuis un petit moment qu'il y avait quelque chose", a réagi Patricia Le Bars, déléguée centrale CFDT chez Doux, expliquant que des dirigeants de Terrena avaient récemment visité plusieurs sites du groupe. "C'est une bonne chose, notamment parce qu'il s'agit d'un groupe français", a-t-elle ajouté, précisant que des groupes chinois et brésilien avaient aussi approché le volailler.

Doux s'est redressé. Troisième acteur français de la volaille avec plus de 450 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014, le groupe Doux est présent sur deux marchés principaux : le grand export de volailles, notamment vers le Moyen-Orient, et les produits élaborés, principalement sous la marque Père Dodu.  Doux avait été placé en redressement judiciaire en juin 2012, en raison d'importantes dettes. Dans la foulée, il avait supprimé près d'un millier d'emplois avant d'établir un plan de continuation, validé en novembre 2013. Basé à Châteaulin (Finistère), le groupe est désormais engagé dans un plan d'investissement de 110 millions d'euros en 10 ans.

Terrena, implanté dans l'Ouest, regroupe près de 22.000 agriculteurs adhérents et représente plus de 12.000 salariés. En 2014, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 4,7 milliards d'euros.