Recul de la consommation des ménages en bien en juillet

  • A
  • A
Recul de la consommation des ménages en bien en juillet
@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Les achats en automobiles et en biens d'équipement du logement ont chuté cet été. C'est notamment le cas pour les télévisions. 

Les dépenses de consommation des ménages français en biens ont continué de ralentir en juillet mais plus faiblement, avec un recul de 0,2% sur un mois faisant suite à une diminution de 0,8% en juin, a annoncé mercredi l'Insee dans un communiqué.

Télévisions, voitures... les Français ont moins acheté. Ce repli, plus modéré, constitue néanmoins le quatrième mois consécutif de baisse, et s'explique en particulier par une chute des achats en automobiles et en biens d'équipement du logement, a précisé l'institut national de la statistique et des études économiques. En juillet, les dépenses en biens durables ont nettement fléchi dans leur ensemble (-2,2%) après une faible hausse en juin (+0,6%). Le recul est particulièrement prononcé pour les biens d'équipement du logement (-3,1%), notamment les téléviseurs, note l'Insee. Les achats d'automobiles baissent, pour leur part, pour le quatrième mois consécutif, de 1,9%.

Juillet a connu un bond de la consommation d'énergie. Sur la même période, les dépenses totales d'habillement-textile se contractent (-1,2% après +0,8% en juin), malgré une hausse des achats de chaussures. En revanche, les dépenses en carburants sont en hausse. La consommation d'énergie a ainsi rebondi (+1,3%), après une forte baisse en juin (-6,4%), selon l'Insee. Et la consommation de produits alimentaires a augmenté de nouveau légèrement en juillet (+0,3% après +0,5% en juin et +0,4% en mai). "Les dépenses en produits agricoles diminuent nettement, mais elles sont compensées par le regain de la consommation de tabac et de viande", souligne l'institut.

Les chiffres de la consommation sont une donnée importante pour la croissance française, traditionnellement portée par les achats des ménages. Le chiffre de l'Insee ne prend toutefois en compte que la consommation de biens, et pas celle de services.