Ravitailleurs : EADS à nouveau en lice

  • A
  • A
Ravitailleurs : EADS à nouveau en lice
@ REUTERS
Partagez sur :

Le géant de l’aéronautique a trouvé un nouveau partenaire pour répondre à l’appel d’offre du Pentagone.

Après un mauvais départ, le groupe d'aéronautique et de défense est à nouveau dans la course. Alors qu'EADS s'était retiré début mars de la compétition, le géant européen a annoncé mardi qu'il se lancerait comme contractant principal, épaulé par une équipe de sous-traitants américains, dans la course au méga-contrat des avions ravitailleurs de l'armée américaine.

Une polémique avait éclaté début mars entre l'européen et les Etats-Unis. Il reprochait au gouvernement américain d'avoir fait preuve de partialité dans son appel d'offres. S'en était suivie une avalanche de réactions politique en France.

La solution la plus performante

"EADS North America a annoncé son intention de remettre une offre le 9 juillet 2010 dans le cadre du programme de renouvellement des avions de ravitaillement en vol de l'U.S. Air Force (USAF), en proposant le KC-45, la solution la plus performante, assemblée aux Etats-Unis, déjà opérationnelle, éprouvée et en production", a indiqué le groupe dans un communiqué.

"Nous avons indiqué (à l'armée américaine) que nous allions faire une offre, a renchéri Ralph Crosby, président d'EADS North America, lors d'une conférence de presse à Washington. "Il ne fait aucun doute que nous avons le meilleur avion ravitailleur au monde", a-t-il ajouté.

Une équipe de choc

Après l'abandon de son partenaire Northrop Grumman lors du premier appel d'offre, EADS a décidé de présenter seul son offre pour le méga-contrat des avions ravitailleurs, mais de faire appel à une équipe de sous-traitants américains, dont General Electric et Honeywell. "Nous ne recherchons pas un partenaire principal comme Northrop Grumman l'était", a indiqué Ralph Crosby. Toutefois, "en aucune manière nous n'envisageons de (produire l'avion ravitailleur) seuls", a-t-il précisé.

Le groupe travaille à la mise en place de son équipe de sous-traitants, des entreprises avec lesquelles il travaille déjà aux Etats-Unis, notamment General Electric, Honeywell, Hamilton Sundstrand ou Goodrich, a renchéri Sean O'Keefe, directeur général.

Le Pentagone a "salué l'annonce d'EADS", dans un communiqué mardi. "Nous avons toujours soutenu la concurrence pour le programme de remplacement des ravitailleurs KC-X de l'armée de l'air. Le département (de la Défense) s'engage à conduire un processus d'acquisition juste, ouvert et transparent", ajoute-t-il. "L'intérêt de nos combattants et des contribuables américains sera mieux servi à travers un processus d'achat actif et ouvert", a insisté le Pentagone.