Qui pour sauver Petroplus ?

  • A
  • A
Qui pour sauver Petroplus ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Cinq repreneurs potentiels du site se sont manifestés. Le tribunal pourrait reporter sa décision.

La journée de lundi, décisive pour le site Pétroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, est passée et les salariés attendent avec inquiétude, mardi, une communication du tribunal de commerce de Rouen, qui pourrait en fait reporter sa décision.

Cinq repreneurs potentiels se sont manifestés lundi, avant 17 heures, heure limite de dépôt des offres de reprise. L'identité de deux d'entre eux est inconnue. Qui pourrait assurer un avenir à cette raffinerie en activité ouverte en 1929 ?

La Libye. Le pays a fait part de son intérêt lundi matin. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a annoncé sur RTL avoir "reçu une lettre, à ce stade non engageante, mais demandant à examiner ce dossier de la part du Fonds souverain libyen qui est un pays producteur de pétrole qui a décidé de reprendre des relations économiques et politiques avec la France."

Le ministre a précisé qu'il allait demander au tribunal de commerce un report de la date limite de dépôt des offres de reprise, "pour permettre à nos amis libyens d'investir dans cette raffinerie de Petit-Couronne". La période d'observation du site par le tribunal dure jusqu'au 15 décembre.

NetOil et APG. Deux candidats malheureux ont retenté leur chance. Le tribunal de commerce de Rouen a déjà rejeté les offres provenaient des groupes NetOil et Alafandi Petroleum Group, basés respectivement aux Emirats arabes unis et à Hong Kong. Mais NetOil, qui bénéficie de l'appui des syndicats, avait aussitôt annoncé qu'il déposerait une nouvelle offre, enrichie, de nature à "répondre aux interrogations du tribunal".

Deux autres candidats. "Outre les offres formulées par NetOil et Alafandi Petroleum Group (APG), trois nouvelles marques d'intérêt, dont celle du fonds souverain libyen, sont apparues", a indiqué Yvon Scornet, porte-parole de l'intersyndicale, sans citer d'autres noms.

La raffinerie Petroplus, qui emploie 470 salariés, a déposé le bilan en janvier dernier après la faillite de sa maison-mère suisse.