Quand les Emirats Arabes Unis appellent à l’évasion fiscale

  • A
  • A
Quand les Emirats Arabes Unis appellent à l’évasion fiscale
@ Capture d'écran Emirates Pacific Group capture d'écran
Partagez sur :

Une entreprise émiratie souhaite attirer les crédits français dans le Golfe et n’hésite pas à faire de la publicité, quitte à frôler l’illégalité.

Investir à l’étranger est tout à fait légal, tant que le ressortissant déclare au fisc les sommes détenues à l’étranger. Or, sous couvert d’opportunité, une société des Emirats Arabes Unis pousserait à l’évasion fiscale des contribuables français. Emirates Pacific Group mène en France une campagne publicitaire pour proposer des placements en immobilier, lingots d’or ou compte offshore à ceux qui souhaitent diversifier leurs investissements, voire frauder le fisc.

>> A LIRE AUSSI - Fraude fiscale : le fisc a déjà récupéré 1,3 milliard d’euros cette année

Une omniprésence publicitaire. Le groupe émirati était déjà présent sur internet. Depuis peu, il fait connaître ses offres à la télévision, sur la TNT, mais aussi sur les grandes chaînes nationales. Des spots alléchants, qui peuvent être considérés par certains comme un appel à l’évasion fiscale.

>> A LIRE AUSSI - L'Europe s'attaque (enfin) à ses paradis fiscaux

Une opération tout à fait légale. Tout ressortissant français a le droit de détenir un compte dans un pays étranger du moment qu’il le déclare à l’administration fiscale, afin de s’acquitter de l’impôt dû", rappelle Eric Bocquet, sénateur du Nord, spécialiste de l’évasion fiscale. Or, les prestations proposées, notamment les comptes offshores et les trusts, le dépôt d’or ou l’immobilier semblent plutôt être destinés à l’évasion fiscale, estime le sénateur.

>> A LIRE AUSSI - Evasion fiscale chez HSBC : des noms de personnalités rendus publics

Un jeu dangereux. Le public visé est large car les procédures pour investir à Dubaï sont très simples. Pas besoin de se déplacer, tout se passe par internet, en quelques clics. Toutefois, ceux qui seraient tentés d’investir dans les Emirats sans le signaler à l’administration fiscale risquent gros : s’ils sont repérés, ils devront rembourser le montant de l’impôt, mais également être condamnés à des peines de prison et des amendes pouvant atteindre deux millions d’euros.

>> A LIRE AUSSI - Evasion fiscale : le G8 (enfin) à l'unisson