PSA va-t-il bientôt délocaliser en Allemagne ?

  • A
  • A
PSA va-t-il bientôt délocaliser en Allemagne ?
Dans son plan de production interne, Général Motors veut qu'à partir de 2016, le modèle 508, actuellement produit près de Rennes (ci-dessus), soit construit en Allemagne.@ MAX PPP
Partagez sur :

General Motors, actionnaire du groupe, prévoirait pour 2015 de transférer la production de deux modèles.

General Motors, qui détient 7% du capital de PSA Peugeot Citroën, prévoit de transférer la production de deux modèles du constructeur français, la DS5 et la 508, à l'usine Opel de Rüsselsheim, en Allemagne, à partir de 2015, affirme le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) à paraître samedi.

Dans son plan de production interne, GM veut qu'à partir de 2015, la DS5, produite à Sochaux, soit produite sur le site phare de sa filiale Opel, situé à Rüsselsheim, près de Francfort, selon le journal allemand.

A partir de 2016, le modèle 508, actuellement produit près de Rennes, serait également construit en Allemagne.

"Spéculation"

Des porte-parole d'Opel et de Peugeot, interrogés par la FAZ, ont qualifié ces informations de "spéculations" renvoyant aux négociations en cours sur le contenu de l'alliance entre les deux constructeurs.

GM et PSA ont conclu un partenariat en février. Mais le constructeur américain a récemment émis des doutes sur ce partenariat, après la publication des mauvais résultats du Français.

» Lire aussi : les chiffres noirs de PSA  

Selon Dennis Virag, président du groupe Automotive Consulting, les dirigeants de GM reconnaissent que prendre des parts dans PSA était une mauvaise décision.  A cela s’ajoute les propos de Dan Ammann, responsable financier du groupe la semaine dernière."Nous n’avons aucune intention de mettre plus d’argent dans PSA", a-t-il expliqué.

Malvenue

Mais Jim Cain, porte-parole du groupe, avait ensuite assuré que GM continue à faire de bons progrès avec le groupe PSA sur tous les axes de travail. Cette future délocalisation fait-elle partie des "axes de travail"?

En termes d'image, cela serait malvenue pour PSA. Le premier constructeur automobile français avait provoqué un choc à la mi-juillet en annonçant un plan de 8.000 suppressions de postes, dont 1.400 à Rennes, et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, près de Paris.