PSA : un pompier pour Aulnay-sous-Bois

  • A
  • A
PSA : un pompier pour Aulnay-sous-Bois
@ REUTERS
Partagez sur :

Le ministre du Travail a dépêché un médiateur pour "favoriser le retour au calme".

L’INFO. Face à des négociations qui virent à la guerre de tranchées chez Peugeot-Citroën (PSA) au sujet de la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, le ministre du Travail a décidé d’intervenir. Michel Sapin a annoncé jeudi qu’il venait de nommer un médiateur pour "favoriser le retour au calme et le rétablissement du dialogue". Entre 2012 et 2014, 11.214 suppressions de postes sont prévues chez PSA, ainsi que la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois. Ce dernier abrite encore 2.800 salariés.
>> A lire : Comment PSA en est arrivé là

Aulnay PSA

© Benjamin Girette/MaxPPP

• Marc Leray envoyé au front. Constatant que ces tensions "ne permettent plus un dialogue serein" chez PSA, le ministre "a demandé à M. Marc Leray, directeur du travail, responsable de l'unité territoriale de Seine-Saint-Denis de se rapprocher de toutes les parties prenantes afin de favoriser le retour au calme et le rétablissement du dialogue dans l'usine". Cette nomination avait été précisément réclamée par les salariés du site, qui ont été reçus jeudi à l'Elysée par un conseiller de François Hollande.

• Regain de tension à Aulnay. "Actes de sabotage, fils coupés, robots déréglés", jets de bouteilles remplies d'urine, etc. : la direction de l'usine l'assure, l'ambiance est plus que délétère au sein de l'usine. "Il y a peu près 80 personnes qui ont totalement disjoncté ce matin", a ainsi réagi mercredi  Tanja Sussest, déléguée du syndicat maison SIA, proche de la direction. Tout en dénonçant les coups de pression des cadres, même les représentants syndicaux ont dénoncé ces violences.

• Un conflit qui s’éternise. Dès le mois de juin 2011, la CGT a rendu public un document interne évoquant la très probable fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois. Pressée de préciser ses intentions, la direction n’a officialisé cette fermeture qu’à la mi-juillet. Cela fait donc 20 mois que les salariés de l’usine de Seine Saint-Denis sont dans l’incertitude et attendent des réponses, un délai qui explique que la tension ne cesse de monter.

10.09.Peugeot.PSA.auto.Reuters.930.620

© REUTERS

• Où en sont les négociations ? Les négociations sur le Plan de restructuration se sont conclues mardi, quatre syndicats se sont déclarés favorables à un projet d'accord sur l'accompagnement des salariés partants. La CFE-CGC, la CFTC, FO et le "syndicat maison" (SIA), l'ont validé, la CGT a en revanche refusé de donner son accord. Ce projet doit encore être soumis à l'approbation des salariés et ne pourrait, le cas échéant, être adopté définitivement qu'au cours d'un prochain CCE prévu au printemps. Il s'articule autour de trois axes : indemniser les salariés seniors, accompagner le transfert des volontaires vers d'autres sites et proposer des CDI dans d'autres entreprises à ceux qui veulent rester en Seine Saint-Denis.

>> PSA: les syndicats (vraiment) convaincus?

• Le reclassement se prépare déjà. En attendant l'adoption définitive de cet accord, la direction de PSA a mandaté dès cet été un cabinet spécialisé, Altedia, pour démarcher toutes les entreprises de Seine-Saint-Denis intéressées pour reprendre un salarié d'Aulnay-sous-Bois. 150 CDI devraient être proposés à la rentrée 2013 et autant en 2014.

>> A Aulnay, le reclassement est lancé