Prison avec sursis pour les "Conti"

  • A
  • A
Prison avec sursis pour les "Conti"
Partagez sur :

Six salariés de Continental ont écopé de trois à cinq mois avec sursis pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne en avril.

Six des sept ouvriers de l'usine Continental de Clairoix, poursuivis pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne en avril, ont écopé mardi de peines allant de trois à cinq mois de prison avec sursis. Un septième prévenu a été relaxé par le tribunal correctionnel de Compiègne, dans l’Oise, qui n'a prononcé aucune amende.

Les condamnations sont proches des réquisitions du parquet, qui avait demandé de trois à six mois de prison avec sursis contre les "Conti" coupables de "destructions en réunion de biens au préjudice de l'Etat".

Le délégué CGT Xavier Mathieu, leader du mouvement des "Conti", a été condamné à cinq mois de prison avec sursis. Lors du procès, le 17 juillet, il avait reconnu un "dérapage" qui n'avait "pas été prémédité".

Ecoutez le reportage de Pierre de Cossette, envoyé spécial d'Europe 1 à Compiègne :



Les prévenus ont exprimé leur "rancœur" devant l'absence de relaxe, d'autant plus qu'ils devront comparaître, au civil cette fois, le 4 novembre avec la possibilité de se voir infliger des dommages et intérêts conséquents. Ému, Xavier Mathieu a fustigé un "bel exemple de matraquage de l'Etat qui veut empêcher la classe ouvrière de s'exprimer. C'est dégueulasse, il n'y a pas de justice dans ce pays".

Olivier Besancenot, présent à Compiègne, s'est dit "écœuré" devant cette "provocation". Le porte-parole du NPA a estimé que "le message du gouvernement avait été reçu". La CGT a regretté un jugement "profondément injuste", tandis que FO s'est inquiétée d'une "judiciarisation" des conflits. Une manifestation impromptue a été improvisée dans la matinée dans le centre de Compiègne.

En avril dernier, quelque 200 "Conti" avaient envahi et saccagé des bureaux de la sous-préfecture de Compiègne, dans le cadre d'une lutte emblématique pour la sauvegarde de leur usine de pneus, dont la fermeture avait été annoncée en mars.