Présidentielle : les retraites, sujet clivant chez les candidats

  • A
  • A
Présidentielle : les retraites, sujet clivant chez les candidats
Les retraités ont manifesté jeudi à Paris.@ Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :

La question des retraites donne lieu à des propositions très différentes parmi les principaux candidats à l’élection présidentielle.

Ils ne veulent pas faire partie des oubliés de la présidentielle. Les retraités ont manifesté jeudi à Paris pour interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur leur niveau de vie et leur pouvoir d’achat, qu’ils estiment en danger. Tous les prétendants à l’Élysée se sont évidemment emparés du sujet dans leurs programmes respectifs. La question des retraites est l’un des rares thèmes clivants chez les cinq favoris des sondages.

Âge de la retraite

Actuellement, le système de retraites français est basé sur un âge légal de départ à la retraite de 62 ans à partir de la génération née en 1955. Pour bénéficier d’une retraite à taux plein à cet âge, il faut avoir cotisé 166 trimestres, soit 41,5 ans. Sinon, il est possible de partir à 67 ans sans décote. Benoît Hamon et Emmanuel Macron s’engagent à ne pas repousser l’âge de départ actuellement en vigueur. Ce qui n’est le cas de François Fillon qui veut relever l’âge de la retraite à 65 ans, "parce que seul cet effort permettra de redonner des marges de manœuvre à notre système de protection sociale et de contribuer à diminuer les charges pesant sur les entreprises et les salariés". Le candidat Les Républicains maintiendra l’âge de départ maximal à 67 ans.

Quant à Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, ils promettent tous deux d’abaisser l’âge de départ à 60 ans, avec 40 annuités de cotisation. Selon l’Institut Montaigne, un tel revirement (à contre-courant du vieillissement de la population et de l’entrée tardive des jeunes sur le marché de l’emploi) coûterait environ 27 milliards d’euros sur cinq ans. Le candidat de la France insoumise entend financer cette mesure en augmentant les salaires des femmes au niveau de ceux des hommes. Pour permettre aux entreprises de mettre fin aux inégalités salariales, il mise sur son plan de 100 milliards d’euros de commandes publiques aux entreprises françaises. Marine Le Pen compte, elle, sur les sommes que la France ne dédiera plus à l’Europe quand elle sera sortie de l’UE.

Pensions

Seul Emmanuel Macron ne garantit pas une augmentation du niveau des pensions de retraite. Le plus généreux est Jean-Luc Mélenchon, qui promet de "revaloriser les pensions de retraite au niveau du Smic pour une carrière complète et porter le minimum vieillesse au niveau du seuil de pauvreté". Benoît Hamon propose une revalorisation de 10% du minimum vieillesse (801 euros par mois pour une personne seule sans ressources, 1.243 pour un couple).

A droite, François Fillon cible plutôt les petites retraites. Il compte "augmenter les pensions de base de plus de 300 euros annuels pour les personnes ayant un montant global de pension moins de 1.000 euros" et revaloriser les petites pensions de réversion de 10%, "ce qui bénéficiera à plus de 300 000 veuves et veufs". Enfin, Marine Le Pen souhaite le retour de la défiscalisation de la majoration des pensions de retraite pour les parents de famille nombreuse, revaloriser le minimum vieillesse et le conditionner à la nationalité française ou à vingt ans de résidence en France. Les pensions de moins 1.500 euros bénéficieront de sa Prime de pouvoir d’achat (PPA).

Changements de système

Emmanuel Macron et François Fillon relancent tous les deux l’arlésienne d’un alignement du public sur le privé. Rapprochement qui s’effectue déjà progressivement. Mais le candidat d’En Marche ! est beaucoup plus ambitieux puisqu’il défend un changement total de système avec un régime de retraites unique, destiné à remplacer les 37 régimes actuels. Les retraites des salariés du privé et des fonctionnaires seront calculées de la même manière, ce qui permettra aux Français "de changer d’activité ou de secteur sans effet sur les droits à la retraite".

Surtout, Emmanuel Macron veut mettre en place un régime par points, inspiré du modèle suédois : "pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous". Les cotisations sont converties en points et au moment du départ à la retraite, le montant de la retraite est calculé en fonction du nombre de points accumulés, de l’espérance de vie théorique, de l’âge et de la croissance économique. Mais le système par points d’Emmanuel Macron ne sera que partiel puisqu’à côté de mode de calcul unique, il assure qu’il maintiendra des compléments de retraite comme les pensions de réversion.

Chacun sa spécificité

A côté de leurs propositions sur l’âge et le montant de la retraite, les candidats mettent sur la table des mesures plus ou moins singulières. Benoît Hamon souhaite étendre le compte pénibilité pour permettre " à ceux qui ont eu les carrières les plus difficiles de partir plus tôt" à la retraite et valoriser le temps d’engagement dans les mouvements associatifs dans la prise en compte des cotisations de retraite. Surtout, le candidat socialiste, propose de rendre possibles les "transferts de trimestres validés entre conjoints pour favoriser les retraites à taux-plein".

François Fillon compte, pour sa part, "mettre en place un étage de retraites par capitalisation pour apporter un complément au système par répartition" et "valider le congé de proche aidant pour les droits à retraite". Il propose aussi de remplacer le compte pénibilité, trop complexe à son goût, par un nouveau dispositif prenant en compte les conditions de travail, la prévention et un examen médical individuel. Une mesure également au programme de Marine Le Pen qui précise que "la pénibilité constatée sera compensée par une majoration des annuités de retraite."

Infographie présidentielle retraites

© AFP


Et les autres ?

François Asselineau estime qu’il faut "consolider le système de retraite par répartition" en l’inscrivant dans la Constitution, de même que le principe d’une retraite minimale. Jacques Cheminade souhaite quant à lui, revalorisé le montant minimum des pensions au niveau du Smic. Les retraites les plus modestes bénéficieront d’un coup de boost de 200 euros.

Nicolas Dupont-Aignan veut, lui, rendre plus souple la validation des trimestres des femmes d’artisans, commerçants et agriculteurs. Les parents de plus de trois enfants pourront partir de manière anticipée et le montant des pensions sera indexé sur l’inflation. Enfin, les nouveaux cotisants seront affectés à un système par point, dont la valeur sera revalorisée chaque année.

Nathalie Arthaud revendique un montant minimum pour les pensions de retraite de 1.800 euros par mois et propose de les indexer sur le coût de la vie. Philippe Poutou réclame un départ à la retraite à 60 ans (55 ans pour les travaux pénibles), après 37,5 annuités. Enfin, Jean Lassalle ne prend pas d’engagement sur le sujet des retraites, dans son programme.