Plus de huit embauches sur dix se font en CDD

  • A
  • A
Plus de huit embauches sur dix se font en CDD
On n'a jamais aussi peu embauché en CDI depuis 2007. @ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

FLEXIBILITÉ - Le taux de contrats précaires augmente et atteint des records, selon le ministère du Travail.

Les entreprises n'ont jamais autant embauché en CDD. Fin 2014, près de neuf salariés sur dix étaient recrutés en contrat à durée déterminée, selon les derniers chiffres du ministère du Travail parus jeudi. Un record.

86% des embauches en CDD. Le CDI devient progressivement un luxe, et le CDD la norme : on n'a jamais aussi peu embauché en CDI depuis 2007. 86% des embauches sont aujourd'hui en CDD, contre 67% en 2001. Et chaque trimestre ou presque, la proportion de ces CDD augmente (+1,9% au quatrième trimestre 2014). L'explication avancée ? Les entreprises ont peur d'embaucher, et elles préfèrent passer par des contrats courts.

Et la tendance ne date pas d'hier : selon une étude récente de l'Insee, entre 1982 et 2012, la part des CDI dans l’emploi salarié a baissé de 94 % à 87 %. Dans le même temps, la part des CDD a doublé, passant de 5 % à 10 %", note l'Insee. Le secteur tertiaire, celui des services, la restauration et le tourisme sont les plus friands de CDD. Souvent, les missions sont très courtes : la moitié des CDD de ces secteurs durent 8 jours ou moins (chiffres de 2013). Et ce sont les femmes qui sont les plus touchées par cette précarité.

On a un CDI, on le garde. Deux marchés du travail sont donc bel et bien en train de se former en France : il y a ceux qui enchainent des CDD toujours plus courts, et les autres qui restent en CDI. Car lorsque l'on a décroché le précieux sésame, on le garde. Le taux de démission s'élevait ainsi à 1,3% en 2014, soit un niveau proche du plus bas historique, selon le ministère. Ce qui ne veut pas dire non plus que les CDI sont gages de stabilité absolue : 20% des CDI sont en effet rompus avant la fin de la période d'essai.