Premier obstacle franchi pour Parisot

  • A
  • A
Premier obstacle franchi pour Parisot
@ REUTERS
Partagez sur :

Le comité statutaire du Medef propose de ne plus limiter le nombre de mandats du président.

L'info. Laurence Parisot gagne une première manche : le comité statutaire du Medef, qu'elle avait saisi mi-janvier, s'est prononcé lundi en faveur d'une réforme des statuts de l'organisation. Celle-ci ouvre la voie à une troisième candidature de l'actuelle présidente, dont le deuxième mandat prend fin le 1er juillet.

>> LIRE AUSSI : Parisot : "coup d’État" ou coup de poker ?

Ce qui devrait changer. Actuellement, le premier mandat du président du Medef est de cinq ans. S'il est réélu, le second mandat dure trois ans. Mais il est interdit de se présenter une troisième fois. Le comité statutaire propose désormais de passer à des mandats de cinq ans sans limitation de leur nombre. Le président sortant devient ainsi un candidat comme les autres. "Nous avons considéré que nous souhaitions une vraie élection démocratique tous les cinq ans", a déclaré le président du comité statutaire Georges Drouin : "tous les cinq ans on remet à plat le candidat : s'il est bon et qu'il est réélu il reste, s'il n'est pas bon il est viré".

Une seule limitation demeure, mais assouplie : le comité statutaire propose que l'âge du candidat ne dépasse pas 67 ans, contre 65 ans dans les statuts actuels.

Prochaines étapes : Les propositions du comité doivent à présent être votées le 28 mars à la majorité simple par le conseil exécutif du Medef qui est composé de 45 membres. Au moins 15 jours plus tard, les propositions seront ensuite soumises à une assemblée générale extraordinaire (AGE).

Dès 2013. "Les statuts proposés par le conseil exécutifs et votés par l'AGE seront applicables dès la prochaine élection qui suivra cette AGE", a précisé Georges Drouin. Autrement dit, Laurence Parisot, 53 ans, pourra bénéficier de ce changement de statuts pour briguer un troisième mandat… voire même davantage.

>> LIRE AUSSI : Medef : Parisot est (bien) candidate

>> Le 1er mars dernier, Laurence Parisot évoquait les nombreux "si" à une troisième candidature :