Pourquoi une alliance PSA-GM ?

  • A
  • A
Pourquoi une alliance PSA-GM ?
Le groupe américain General Motors pourrait ouvrir à PSA Peugeot-Citroën les portes de nouveaux marchés.@ MAXPPP
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE - Ce mariage bénéficierait à PSA, en difficulté, et au géant General Motors.

La noce n’est pas encore officielle mais PSA Peugeot-Citroën en tire déjà profit : le cours de l’action du groupe automobile français s’est envolé grâce à la perspective d’un mariage avec le géant américain General Motors. PSA, à la peine en raison de la crise, va devoir se serrer davantage la ceinture et a besoin d’un allié stratégique pour pouvoir toucher de nouveaux marchés. Europe1.fr décrypte les enjeux de ce mariage annoncé.

Que pèse PSA Peugeot-Citroën ? Le groupe français est le huitième mondial et le deuxième européen. PSA Peugeot-Citroën produit 3,5 millions de voitures par an. Le groupe vient de dévoiler de mauvais résultats : son bénéfice net a été divisé par deux en 2011, à 588 millions d’euros, une mauvaise performance due surtout à la branche automobile, en perte.

Et General Motors ? General Motors, en revanche, est en pleine forme : trois ans après avoir été sauvé de la faillite par le gouvernement américain, le groupe est redevenu numéro un mondial cette année. Le géant américain est globalement deux fois plus gros que PSA, avec plus de neuf millions de véhicules écoulés. Ses grandes marques, Chevrolet, Cadillac ou encore Buick, fleurent bon le rêve américain à l’ancienne.

Que donnerait l’alliance des deux groupes ? Une alliance avec General Motors pourrait propulser PSA Peugeot-Citroën à la toute première place mondiale, et multiplier sa taille par quatre. En tout, l’ensemble pèserait plus de 12 millions de véhicules.

Quel intérêt pour PSA ? L'année 2011 a été très difficile pour le Français, qui a écoulé 1,5% de véhicule en mois dans le monde. PSA vend en effet plus de la moitié de ses voitures en Europe, le marché le plus fragile au monde. Et si 2011 a été une mauvaise année, 2012 ne s'annonce pas meilleure : PSA doit donc se trouver un allié pour se développer ailleurs. General Motor va donc pouvoir ouvrir à PSA, trop européen, de nouvelles perspectives sur les marchés en forte croissance actuellement, comme l’Inde ou la Chine.

Et pour General Motors ? Mais à l’inverse, General Motors est fragile sur le marché européen, et beaucoup moins gros que Peugeot ou Citroën. Une première victime de l’association des deux groupes pourrait bien être Opel, qui resterait éventuellement une marque seulement en Allemagne. Autre avantage pour General Motors, constructeur de grosses cylindrées, profiter du grand atout du fabricant français, les petites voitures.