Pourquoi Orange menace-t-il Free ?

  • A
  • A
Pourquoi Orange menace-t-il Free ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Orange menace de suspendre son accord avec Free. Pourquoi une telle menace ?

La hache de guerre est déterrée entre les opérateurs Orange et Free. Orange, qui a rejeté toute responsabilité dans les récentes pannes de Free Mobile, menace de suspendre son partenariat avec Free. Que prévoit-il exactement ? Quel est le rapport de force entre les deux opérateurs ? Europe1.fr fait le point.

Les bases du contrat. Orange menace de suspendre l'accord signé avec Free. Free, en tant que 4e opérateur national, s'est engagé à couvrir 75% de la population métropolitaine d'ici 2015. Actuellement son taux de couverture est de 27%, ce qui est conforme à son cahier des charges. Mais l'accord d'itinérance prévoit qu'Orange loue à Free le reste du réseau pour parvenir à un service correct.  

Les points qui bloquent. Les pannes de réseau sont fréquentes. La dernière, mardi, était la deuxième en trois semaines. Alors, d'où vient le problème ? Free et Orange ont peut-être mal anticipé le trafic. C'est en tout cas ce que pense  Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Arcep, puisque Free a acquis quelque deux millions d'abonnés en moins de trois mois.

Le problème viendrait aussi d'une offre en particulier : celle à deux euros, proposée par Free.  "Aujourd'hui, près de la moitié des appels de Free Mobile sont en 2G, mais comme il ne dispose pas d'un tel réseau, ses clients utilisent celui d'Orange", explique Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Arcep, l'autorité de régulation des télécoms, dans un entretien au Figaro. Et pour cause, compte tenu de cette offre, certains abonnés ont ressorti leur vieux téléphone portable. Or ces appareils utilisent un ancien réseau, le 2G, que Free ne possède pas. C'est donc le réseau Orange qui est sollicité. Et c'est cette utilisation massive qui serait à l'origine de la saturation du réseau de l'opérateur historique.

Free dans l'embarras. Si Orange coupe le réseau, Free a tout à y perdre, puisque l'opérateur couvre actuellement moins de 30% du territoire. Il a donc absolument besoin du réseau de l'opérateur historique pour que ses clients puissent passer des appels ou envoyer des sms.

Orange pas si gagnant. Il ne s'agit pourtant pas pour Orange de rompre le contrat qui pourrait coûter cher en pénalités. En cinq ans, l'opérateur devrait en effet récolter entre un et un milliard et demi d'euros de recettes pour la location de son réseau à Free. En revanche il s'agirait de suspendre l'itinérance, quelques heures ou quelques jours en cas de nouvelle panne, dès lors que la qualité de service des clients Orange se trouve dégradée. L'objectif est avant tout de rassurer les clients Orange, de leur garantir la qualité de service. Et si cela permet d'en dissuader certains de rejoindre Free, Orange aura tout gagné.

Est-il possible de revoir l'accord d'itinérance? Le président de l'Arceps souhaite, si cela s'avère nécessaire, que les deux opérateurs puissent "s'entendre pour réaménager le contrat d'itinérance". "S'ils ne parviennent pas à se mettre d'accord, ils peuvent nous saisir et nous trancherons", a-t-il souligné. Jean-Ludovic Silicani a également adressé un avertissement à Free, précisant que l'Autorité de régulation se réservait la possibilité de "lancer une procédure de mise en demeure" si elle estime que les investissements de la société pour déployer son réseau sont insuffisants.