Pourquoi Michelin ferme une usine

  • A
  • A
Pourquoi Michelin ferme une usine
Jean-Dominique Senard, PDG de Michelin@ REUTERS
Partagez sur :

"Seules les grandes usines survivront", a estimé le PDG Jean-Dominique Senard, qui ferme le site de Joué-les-Tours.

Un mal nécessaire ? L'arrêt de la production de pneus poids lourds sur le site Michelin à Joué-lès-Tours, près de Tours, était "la bonne solution" pour sauver cette activité en France, a assuré Jean-Dominique Senard, PDG de Michelin invité sur Europe 1 mardi matin.  

michelin, pneu,

© MAXPPP

Pourquoi licencier quand on fait des bénéfices ? Mais pourquoi arrêter cette production, une décision qui va se traduire par 700 suppressions de postes, alors que le groupe a vu son bénéfice grimper de 25% l'année dernière ? "Il faut comprendre que dans 10, 15, 20 ans, seules les usines de grande taille – c'est vrai souvent dans l'industrie et particulièrement chez nous - pourront survivre économiquement", a répondu Jean-Dominique Senard. "Si cette usine ne grandissait pas, nous prendrions le risque d'avoir à arrêter pratiquement la production de l'ensemble de nos usines de poids lourds en France."

"Une usine de classe mondiale" à la Roche-sur-Yon. En parallèle, Michelin va investir environ 800 millions d'euros en France d'ici à 2019. "On va créer à la Roche-sur-Yon une usine de pneumatiques poids lourds de classe mondiale", a-t-il poursuivi. "Cette usine qui va doubler de capacité sera capable de rivaliser avec les grandes usines chinoises qui nous menacent dans l'avenir".

Michelin "affirme" sa "présence en France". "Nous comprenons parfaitement bien l'émotion qui est suscitée aujourd'hui à Tours. Je voudrais dire aux salaires de Tours que leur avenir professionnel est au cœur de nos préoccupations aujourd'hui", a-t-il tout d'abord assuré. "On va faire des investissements à Montceau-les-Mines qui fait des pneumatiques de génie civile, on va le faire au Puy. On va aussi investir à Troyes qui est notre usine agricole." Jean-Dominique Senard voit au contraire dans ces annonces "le meilleur signe de renforcement de la compétitivité et surtout de l'affirmation de notre présence en France."

Pas de salarié "à Pôle emploi", insiste Sapin. Un peu plus tard dans la journée, le ministre du Travail a insisté sur le fait qu'aucun salarié de Michelin ne devait être laissé sur le carreau. "Michelin gagne de l'argent, Michelin doit utiliser une partie de cet argent gagné pour qu'il n'y ait aucun Michelin à Pôle emploi et pour que le site de Joué-les-Tours soit réindustrialisé", a déclaré le ministre sur France Inter. Ce à quoi Jean-Dominique Senard a par la suite répondu que le ministre pouvait être "serein" : "il n'y a même pas de licenciement, il n'y a pas de préoccupation à avoir. M. Sapin le sait, il peut être serein de ce côté-là", a assuré sur BFM Business le PDG du groupe.