Pourquoi les Bourses internationales sont fermées Vendredi saint ?

  • A
  • A
Pourquoi les Bourses internationales sont fermées Vendredi saint ?
Bourse de New-York@ SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

A la Bourse de Paris ainsi que dans la plupart des places boursières internationales, le week-end de Pâques est synonyme de chômage. Mais pourquoi ?

Quatre jours de chômage. Les quatre jours du week-end de Pâques vont être longs pour tous les mordus de la Bourse. Comme chaque année, le monde de la finance, à l’exception des bourses asiatiques, s’éteint du vendredi 25 mars, le Vendredi saint, au lundi 28 mars inclus, le lundi de Pâques. Mais pourquoi sommes-nous privés de Bourse le Vendredi saint, jour qui chez nous (à l’exception de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin), n’est pas férié ? Différentes légendes circulent dans les salles de marché sur l’origine de cette fermeture.

Un mauvais souvenir de krach boursier ? Certaines personnes évoquent, pour expliquer la fermeture des Bourses, la mémoire d’un krach boursier dévastateur intervenu un Vendredi saint. Il aurait donc été décidé par la suite de ne plus jamais ouvrir ce jour-là. Une théorie que réfute Art Cashin, le directeur financier des opérations d’UBS. Cette légende des affaires depuis plus de 50 ans assure que s'il y a bel et bien eu un krach boursier intervenu un vendredi, il s’est produit le 24 septembre 1869. Rien à voir avec le Vendredi saint donc.

Un contrat de location "religieux" ? La seconde légende qui tente d’expliquer la fermeture de la Bourse le Vendredi saint se fonde, elle, sur le contrat de location de la Bourse de New York sur Wall Street. Le contrat, selon la légende, contiendrait une clause qui imposerait que le bâtiment reste fermé lors des principales fêtes chrétiennes. Il serait donc interdit d'ouvrir les jours de Noël, le Vendredi saint ou le lundi de Pâques, entre autres. 

Un fondement religieux. En réalité, si les principales places boursières mondiales sont fermées pendant le long week-end de Pâques c’est bel et bien pour des considérations religieuses mais qui n'ont rien à voir avec le contrat de location de la Bourse de New York. Euronext confirme, en effet, le fondement religieux de ces quatre jours chômés, une règle qui remonte à plusieurs siècles. Traditionnellement, il semblait amoral pour les chrétiens, d'organiser des transactions financières le jour de la mort du Christ, le Vendredi saint. "Au Moyen Age où les églises, et plus encore les cathédrales, étaient largement ouvertes sur la ville, l'Église avait imposé la fermeture des marchés physiques qui se tenaient habituellement devant les édifices religieux pendant toute la semaine sainte", raconte ainsi Euronext. Une tradition qui perdure donc encore aujourd’hui même si les bâtiments boursiers ne se trouvent plus devant les églises. 

A noter également que les Bourses européennes seront fermées lundi de Pâques, alors qu'à New York la vie reprendra son cours normal à Wall Street.