Pourquoi la Chine menace l'Allemagne

  • A
  • A
Pourquoi la Chine menace l'Allemagne
Après les panneaux solaires et les vins français, la Chine pourrait s'en prendre aux berlines européennes, un marché dominé par les allemands Mercedes et BMW@ Reuters
Partagez sur :

Après le vin français, Pékin menacerait les berlines allemandes, en réponse à la taxe sur le solaire.

L'INFO. Après le vin français, la Chine semble avoir trouvé sa nouvelle cible dans la guerre commerciale qui l'oppose à l'Union européenne : les berlines allemandes. Selon l'Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) et plusieurs sources européennes, relayées par Les Echos, Pékin menace de taxer les importations de voitures de luxe européennes, très prisées des classes supérieures chinoises. Une mesure qui vise directement les Allemands, puisqu'avec BMW, Mercedes et Porsche, Berlin domine largement ce marché. Certains observateurs y voient, là encore, une possible mesure de rétorsion à la surtaxe européenne sur les panneaux solaires chinois. Une taxe qui, rappelons-le, était pourtant combattue par l'Allemagne.

>>> Europe1.fr vous décortique ce nouveau rebondissement qui risque de ne pas plaire, du tout, aux autorités allemandes.

Chine Vin

© Reuters

Pourquoi la Chine voudrait taxer les berlines. Selon Les Echos, une plainte contre les constructeurs automobiles du Vieux continent aurait donc été déposée auprès du ministère chinois du Commerce par des professionnels locaux. Dans le viseur : les voitures de luxe dont la cylindrée dépasse ou égale deux litres. Les constructeurs chinois reprochent aux européens de vendre à perte et de bénéficier de subventions. "Cette manœuvre apparaît pour de nombreux observateurs comme une claire mesure de rétorsion. […] Cette nouvelle procédure ressemble énormément à ce que Pékin avait fait avec le vin européen", ajoute Les Echos, citant notamment "un proche du dossier".

>> LIRE : pourquoi Pékin s'en prend au vin

Pourquoi le Chine s'en prend à l'Europe ? La Chine avait déjà annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête "anti-dumping" contre les vins européens, qui pourrait déboucher sur une hausse des taxes fragilisant notamment les producteurs français. Cette décision faisait suite à celle de Bruxelles de surtaxer les panneaux solaires chinois aux frontières de l'Union européenne. Et Pékin avait prévenu mercredi : "la Chine a encore de nombreuses cartes en main".

>> A LIRE AUSSI : la Chine peut-elle vraiment affaiblir le vin français ?

Mais pourquoi l'Allemagne ? Cette nouvelle menace de fragiliser l'Allemagne est plutôt étonnante à premier abord. Contrairement à la France, Berlin s'est toujours opposée à taxer les panneaux solaires chinois. Le ministre allemand de l'Economie, Philipp Rösler, a même qualifié mercredi de "grave erreur" la décision en ce sens de la Commission européenne. Seulement voilà : l'Allemagne est la première économie de la Zone euro... et donc le pays qui a le plus d'influence. En les menaçant directement, Pékin semble vouloir pousser les Allemands à accentuer leur pression sur le reste de l'Europe. Comme le résume Les Echos : "Pékin, qui a compris que rien ne se décidait en Europe sans l’Allemagne, veut donc que Berlin siffle tout de suite la fin de la récréation".