Ports : les négociations achoppent

  • A
  • A
Ports : les négociations achoppent
Les travailleurs portuaires sont appelés à poursuivre leur mouvement de grève par la CGT, après l'échec des négociations avec le patronat.@ REUTERS
Partagez sur :

CGT et patronat portuaire n’ont pas trouvé d’accord sur la pénibilité. Le mouvement se poursuit.

La réunion de mardi soir aura donc été infructueuse. La puissante CGT des ports et docks, et le patronat portuaire ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur la pénibilité et les départs à la retraite anticipés. "Aujourd’hui, on est dans une situation de blocage. Nous, on a alerté les employeurs sur le fait qu’on souhaitait le plus rapidement possible sortir de cette crise qui plonge les ports dans le chaos", a regretté Tony Hautbois, secrétaire général de la CGT ports et docks.

Le syndicaliste pointe "la responsabilité du gouvernement, qui a bafoué la négociation entre partenaires sociaux. On leur a indiqué qu’on était prêt, jour et nuit, à se rendre disponibles pour discuter et sortir le plus rapidement possible de cette situation."

"Les travailleurs sont en colère"

Tony Hautbois rappelle aussi que la CGT et le patronat étaient parvenus à un accord sur le sujet le 27 octobre. "Comment le gouvernement peut-il dire, après deux ans et demi de négociations : ‘non, ce que vous avez négociez, ce n’est pas bon’ ? Dans ce cas-là, il fallait nous le dire en amont, et on n’aurait pas négocié", s’emporte-t-il.

Le mouvement de grève qui dure depuis trois semaines, et qui se déroule sur quatre jours, de vendredi à lundi, va donc continuer. "Sur le terrain, les mouvements de grève qui malheureusement déstabilisent les ports et toutes l’économie française vont se poursuivre", confirme Tony Hautbois. "Les travailleurs portuaires français sont en colère, et ils ne feront plus confiance à qui que ce soit", a-t-il prévenu.