Politique familiale : quelles aides sont menacées ?

  • A
  • A
Politique familiale : quelles aides sont menacées ?
Le gouvernement doit faire des choix dans la politique familiale.@ Reuters
Partagez sur :

ÉCONOMIES - La prime de naissance, notamment, pourrait faire les frais des choix économiques du gouvernement.

L’INFO. Le gouvernement l’a promis, les 50 milliards d’euros d’économies à réaliser d’ici 2017 ne passeront pas par une hausse des impôts. L’Etat devra économiser 18 milliards d’euros sur son fonctionnement, les collectivités territoriales onze milliards et la santé dix de plus. Les onze derniers milliards se précisent progressivement. Si le gel des allocations familiales est acté jusqu’en 2015, il reste encore 800 millions d’euros d’économies à arbitrer sur les dépenses de la politique familiale. Voici quelques pistes.

La prime de naissance rabotée. Première piste étudiée par le gouvernement : la prime de naissance pourrait faire les frais des choix économiques de l’exécutif. Cette prime de 900 euros, versée aux femmes enceintes dans leur 7ème mois de grossesse, pourrait être supprimée pour le 2ème enfant. La mesure concernerait ainsi environ 200.000 naissances par an et permettrait d’économiser 180 millions d’euros.

>> A LIRE AUSSI - Déficit à 3% : comment la France est rentrée dans le rang

Le gouvernement compte également profiter de la réforme du congé parental, actuellement en débat au Parlement. Il prévoit de réserver une partie (6 mois) de ce congé au deuxième conjoint. Il pourrait néanmoins pousser la mesure plus loin en partageant ce congé à égalité entre hommes et femmes (un an et demi chacun). L’objectif affiché est de permettre aux mères de ne pas être trop longtemps éloignées du marché de l’emploi. Le fait est que cela permettrait également de faire des économies puisque les hommes sont généralement moins enclins à prendre ce type de congés.

Les aides pour la garde des enfants aussi. Sujet qui revient régulièrement sur le devant de la scène depuis quelques jours : le gouvernement pourrait toucher aux aides accordées aux familles pour la garde des enfants. Concrètement, cela pourrait passer par une réduction de la prime, voire sa suppression, pour les foyers aux revenus supérieurs à 4.000 euros par mois pour un couple avec deux enfants.

Autre serpent de mer, la piste explosive issue du rapport Fragonard pourrait revenir en force. Elle consiste à purement et simplement diminuer les allocations familiales pour les familles les plus aisées. Certains au PS n’y seraient pas opposés, et poussent même à la roue. Le gouvernement n’a pas tranché cette question.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

LE PLAN D'ACTION - Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards 

ECO-PORTRAIT - Quel économiste est Manuel Valls ?

L'ADDITION - Retraite : 13,5 millions de personnes concernées par le gel des pensions

LA PISTE - Plan d'économies : haro sur les retraites ?