Pierre Gattaz : "l'économie devra être 70% de tous les programmes politiques"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président du Medef a déploré lundi sur Europe 1 les corrections apportées au projet de réforme du code du travail et appelé les candidats à la présidentielle de 2017 à se pencher sur l'économie. 

INTERVIEW

La loi Travail a "totalement oublié les PME et TPE". Pierre Gattaz, le président du Medef a regretté lundi sur Europe 1 que le projet de réforme du code du travail n'apporte pas aux petites entreprises les bonnes solutions pour embaucher. Le texte "complexifie terriblement et inquiète nos PME et TPE qui sont notre plus grand réservoir d'emploi en France", assure le président du Medef.

Les chefs d'entreprise connaissent leur salariés.La loi El Khomri prévoyait à l'origine d'autoriser ces entreprises à négocier directement et individuellement avec leurs salariés la gestion du temps de travail, une mesure finalement gommée par le gouvernement la semaine dernière et qui irrite Pierre Gattaz. "Non dans les TPE, nous n'avons pas besoin de délégués syndicaux, de mandataires sociaux et syndicaux parce que les chefs d'entreprise connaissent parfaitement leurs salariés directement". 

"Le marché du travail est une citadelle". Pour le président du Medef, "le marché du travail est une citadelle, un château fort. Ce marché du travail il faut le déverrouiller", préconise-t-il. Il publie d'ailleurs un livre, La France de tous les possibles, dans lequel il veut proposer des clés pour "trente années audacieuses".

Alimenter le débat pour 2017. Il lance à cette occasion un appel aux politiques et futurs candidats à l'élection présidentielle. "Je pense que l'économie devra être 70% de tous les programmes politiques. Pour recréer de l'emploi il faut un vrai programme économique et assumer l'entreprise qui n'est pas un objet politique et qui n'est ni à gauche ni à droite. Il y en a marre de cette dichotomie gauche droite, il y a ceux qui bougent et ceux qui ne veulent pas bouger", estime le président du Medef qui veut "alimenter" le débat avant l'élection présidentielle.