PHOTO - Montebourg promet de protéger FagorBrandt

  • A
  • A
PHOTO - Montebourg promet de protéger FagorBrandt
@ EUROPE 1/ CAROLE FERRY
Partagez sur :

SAV - Le ministre du Redressement productif était jeudi dans une usine pour évoquer la reprise du groupe.

L'info. Une partie des salariés français du groupe d'électroménager FagorBrandt ont repris le travail cette semaine, mais dans un contexte de crainte généralisé. FagorBrandt est en effet en quête d'un repreneur après avoir été placé en redressement judiciaire le 7 novembre 2013 par le tribunal de Nanterre. Ce dernier doit examiner les offres de reprise en janvier. En attendant, le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg s'est rendu jeudi dans une usine située le Loiret pour "rassurer" les salariés et leur promettre la vigilance de l'Etat sur ce dossier.

Protéger le groupe des "prédateurs". "L'Etat s'opposera à toute forme de vol de marque, à toute initiative ou entreprise consistant à voler les brevets et les marques pour aller produire ailleurs", a promis Arnaud Montebourg. "Notre objectif est d'organiser la reprise de FagorBrandt, de démontrer aux repreneurs que cette entreprise est en état de marche (...), de défendre et de préserver l'outil industriel", a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : "il y a eu plusieurs manifestations d'intérêts pour FagorBrandt".

19.12.Montebourg.Fagor.Brandt.E1.FERRY.460.620

© EUROPE1/FERRY

Premier bénéficiaire du "fonds de résistance économique". Le ministre a également saisi l'occasion pour démontrer l'utilité du "fonds de résistance économique", qu'il a lancé le 13 novembre dernier et dont FagorBrandt a été le premier bénéficiaire, en se voyant octroyer un prêt de 15 millions d'euros de la part de l'Etat et d'une banque. Ce soutien a permis au groupe électromenager de reprendre le travail cette semaine "en lui prêtant de l'argent aux conditions du marché, ce que ne font plus les banques", a regretté le ministre.

"Nous avons ainsi gagné des moyens d'action. Grâce à ce fonds, l'Etat est présent pour prêter, financer et épauler le redémarrage de l'activité et la reprise de l'entreprise", a souligné Arnaud Montebourg, convaincu que le cas de FagorBrandt a démontré que "l'Etat peut agir sur l'économie".