Perte annuelle historique pour Air France-KLM

  • A
  • A
Perte annuelle historique pour Air France-KLM
Partagez sur :

Air France-KLM, numéro un du transport aérien européen, a essuyé en 2008-2009 sa première perte nette depuis sa création en 2003. Le titre s'envolait pourtant mercredi matin à la Bourse de Paris, les investisseurs saluant notamment une perte moins forte que prévu.

Frappé par la crise, le groupe franco-néerlandais Air France-KLM a essuyé en 2008-2009 sa première pertenette depuis sa création en 2003. Elle s'élève à 814 millions d'euros sur l'exercice clos au 31 mars, après un bénéfice de 756 millions d'euros l'exercice précédent.

Ces pertes ne sont pas une surprise. Le 26 mars dernier, le groupe avait déjà prévenu qu'il tomberait dans le rouge en 2008/2009, de l'ordre de "200 millions d'euros" pour la perte d'exploitation. Pour l'exercice en cours, "la visibilité est faible", a reconnu Pierre-Henri Gourgeon. Il a réitéré son pronostic d'une baisse du chiffre d'affaires et d'une nouvelle perte d'exploitation, comme il l'avait fait le 26 mars dernier.

Pour réduire ses coûts en 2009-2010, le groupe, employeur de 107.000 personnes, "continue de diminuer ses effectifs de manière progressive" a affirmé le directeur général du groupe, Pierre-Henri Gourgeon. Au programme : gel des embauches, utilisation de la mobilité professionnelle interne, personnel prié de prendre des congés et développement du temps partiel. En 2008/09, le groupe a supprimé 2.700 postes et "les ordres de grandeurs iront dans le même sens" en 2009/2010.

Face à la baisse du trafic, le transporteur a également décidé de réduire encore ses capacités, c'est-à-dire qu'il dessert moins certaines destinations ou utilise des avions plus petits sur certaines lignes, et notamment à l'été dans le secteur passagers (-4,5%).

Le titre s'envolait mercredi matin à la Bourse de Paris. Vers 10h20, le titre gagnait 14,91% dans un marché en légère hausse de 0,55%, les investisseurs saluant notamment une perte d'exploitation moins forte que prévu.