Patrick Kanner aux patrons : "faisons d'abord le point sur ce qui n'a pas été fait"

  • A
  • A
Patrick Kanner aux patrons : "faisons d'abord le point sur ce qui n'a pas été fait"
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a répondu à la lettre du patronat réclamant des "mesures d'urgence". 

"Avant de demander de nouvelles mesures (...) faisons d'abord le point de ce qui a été fait depuis trois ans et de ce qui n'a pas été fait", a rétorqué sur France 3 Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, en réponse à une lettre du patronat. Dans une lettre adressée au président de la République et rendue publique dans le JDD, plusieurs organisations patronales proposent "des mesures d'urgence pour l'emploi" et surtout qu'elles soient expérimentées rapidement pour démontrer leur effet.

A la veille d'une série de rendez-vous lundi à Matignon entre le Premier ministre et les principales organisations syndicales et patronales, les présidents du Medef, de l'Afep (association française des entreprises privées), de Croissance Plus, d'EDC (entrepreneurs et dirigeants chrétiens) et d'Ethic, détaillent des mesures qui peuvent "débloquer l'embauche". Dans cette lettre commune, les signataires demandent notamment "un contrat de travail agile" avec "plafonnement des indemnités prud'homales" et "prévoyant des motifs de rupture liés à la situation de l'entreprise ou la réalisation d'un projet".

Vers une généralisation du service civique ? Interrogé par ailleurs sur le service civique, Patrick Kanner a souhaité que l'adhésion au service civique (60.000 jeunes l'ont fait en 2015 pour 150.000 demandes) soit généralisée mais sans qu'il ne devienne obligatoire. "En 1997 quand on a suspendu le service militaire obligatoire, il n'y avait que 170.000 hommes sur 400.000 qui étaient au service militaire obligatoire. Entre l'engagement volontaire, le don de soi et l'obligation, les jeunes préfèreront très largement l'engagement", a-t-il dit.

Lancé en 2010, le service civique permet aux 16-25 ans (30 ans pour les jeunes handicapés) d'effectuer une mission d'intérêt général de six à douze mois, indemnisée 573 euros nets par mois, auprès d'associations, de collectivités ou de services publics. François Hollande a décidé d'accélérer sa montée en charge après les attentats de janvier, en le rendant "universel" (une mission disponible pour chaque demande) mais pas obligatoire: l'objectif du gouvernement est d'accueillir quelque 70.000 jeunes volontaires en 2015 contre 35.000 en 2014, et 150.000 en 2017.