Parisot: "un fonds pour les compagnies"

  • A
  • A
Parisot: "un fonds pour les compagnies"
@ Europe 1
Partagez sur :

Laurence Parisot fait appel à l’Etat pour aider les entreprises impactées par le volcan islandais.

Volcan. La présidente du Medef Laurence Parisot a expliqué mercredi sur Europe 1 que les conséquences économiques du nuage étaient d’ores et déjà "perceptibles". "L’économie est une chaîne, quand un maillon casse, tous les autres sont impactés à des degrés divers." Elle a cité en première ligne les compagnies aériennes pour qui elle demande à l’Etat de débloquer "un fonds spécifique" comme après les attentats du 11 septembre 2001. Elle a aussi cité les agences de voyages, tour-opérateurs et organisateurs de congrès et de salon. Elle a déclaré par ailleurs que le patronat avait proposé aux organisations syndicales "de signer très rapidement (...) un accord spécifique de chômage partiel, dont pourraient bénéficier toutes les entreprises gênées par cette affaire du volcan islandais". Elle a aussi estimé qu’il y avait "des progrès à faire" dans l’application du principe de précaution.

Crise. Laurence Parisot voit des signes encourageants et avant-coureurs d’une reprise : "les entreprises qui travaillent avec l’Asie ont des carnets de commande largement remplis, l’intérim repart et la publicité va mieux".

Newsweek. Le magazine américain explique dans son dernier numéro pourquoi et comment les grandes entreprises européennes sont les mieux armées dans la mondialisation. Pour Laurence Parisot, "le challenge n’est pas avec les Etats-Unis aujourd’hui […], le centre de gravité du monde s’est déplacé en Asie".

Retraites. La président de l’Ifop veut "sauver et renforcer le système par répartition mais si nous continuons ainsi nous allons dans le mur". Elle souhaite que l’on encourage "à côté" du système actuel la capitalisation. Elle juge qu’il "faut repenser les mécanismes du système" pour être sûr de pouvoir garantir aux jeunes qu’ils auront une retraite.

Elections au Medef. A deux mois et demi du scrutin, l’élection du patron des patrons est dans sa première phase. "Un comité statutaire examinera toutes les candidatures qui se présentent" dans quelques jours, précise Laurence Parisot. Sophie de Menthon est la première adversaire officielle de l’actuelle présidente qui brigue un deuxième mandat. Elle dénonce des pressions que Laurence Parisot dément. "J’ai eu beaucoup de pression pour ne pas me présenter et cela m’a beaucoup motivé", avait expliqué la présidente d’Ethic sur Europe 1 la semaine dernière.