Paris : le projet "Autolib" patine

  • A
  • A
Paris : le projet "Autolib" patine
Partagez sur :

Les Verts ont exprimé leur "scepticisme" sur le projet Autolib, un système de voitures en libre-service qui devait être lancé à l’origine cette année à Paris et qui connaît des "difficultés" notamment juridiques, de l’aveu même de la municipalité.

Le projet Autolib verra-t-il le jour ? Déjà retardé par rapport au calendrier initial annoncé par Bertrand Delanoë lors de la campagne pour les municipales de 2008, ce système de voitures en libre-service a été critiqué mardi par les Verts élus au conseil de Paris. Denis Baupin, le chef de file des élus écologistes, a assuré qu’il souhaitait "aider l'exécutif à s'en sortir par le haut" mais il n’a pas caché son "scepticisme".

En cause : "des difficultés techniques". Mettre en place le système Vélib’ avait été compliqué. Lancer un dispositif similaire élargi à la banlieue parisienne, avec des voitures achetées pour l’occasion et en choisissant des modèles électriques, l’est encore plus. Annick Lepetit, l’adjointe socialiste chargée des Transports qui porte ce projet, a elle-même reconnu que des "questions juridiques (la création d'un syndicat mixte Autolib) sont actuellement en discussion".

Autre difficulté : la conjoncture économique n’est pas favorable au lancement de tel projet et le soutien financier de la région Ile-de-France semble manquer à l’appel. D’où l’idée des Verts de remplacer Autolib par un système d’autopartage, plus simple à créer notamment parce que l’utilisateur doit prendre et laisser le véhicule à la même place, et déjà testé dans d’autres villes, Strasbourg notamment. Mais cette idée a été rejetée mardi au conseil de Paris.