Pariactu.com, l'actu à pile ou face

  • A
  • A
Pariactu.com, l'actu à pile ou face
Partagez sur :

"Courant décembre" sera lancé officiellement Pariactu.com qui propose aux internautes de parier sur l’actualité.

Mesdames et Messieurs, les paris sont ouverts : "Carla Bruni-Sarkozy va-t-elle annoncer qu’elle est enceinte avant Noël ?", "Michael Schumacher va-t-il revenir en F1 en 2010 ?", "Qui va présenter la nouvelle saison de la Ferme Célébrités ?"…Voici un florilège des pronostics que propose le nouveau site Pariactu.com, sur lequel les cyber-parieurs peuvent miser un pactole fictif, les news $, sur des questions du moment.

Pour l’heure, "le site est encore dans sa phase de test, il sera officiellement lancé courant décembre", explique à Europe1.fr Mehdi Tahri, à l’origine du projet. Se défendant de préparer un site de paris d’argent, le jeune homme de 25 ans présente Pariactu.com comme "un jeu d’actualité", avec un "côté grisant" que procurent les paris.

Mehdi Tahri est convaincu du futur succès de son concept : "Il y a une vraie attente des gens pour cette approche ludique de l’information (…). La formule existe déjà dans les pays anglo-saxons et fonctionne très bien", martèle-t-il évoquant ces sites où l’on peut parier sur le résultat d’une élection (Qui des Tories et du Labour va l'emporter ?) ou sur la vie des peoples (Quelle année le Prince William va-t-il épouser Kate Middleton ?).

Pour faire vivre son site, le jeune entrepreneur compte sur "la question à 1.000 euros" : dans ce cas uniquement, les gains ne sont plus fictifs, et les euros bien sonnants et trébuchants. Mais il s’agit, en fait, d’un simple jeu par SMS où l’une des personnes ayant la bonne réponse remporte les 1.000 euros. Qui dit SMS surtaxés, dit revenus substantiels pour le site qui compte également se financer par la publicité. Autre ressource pour Pariactu.com : "Des partenariats avec des sites de médias et de presse sont en train d’être finalisés", explique Mehdi Tahri.

Qui est aux commandes de ce site ? Mehdi Tahri dit travailler avec une petite équipe de douze personnes et trois associés : Bruno Fuchs, ancien journaliste et directeur d’une agence de communication ; Alexandre Basdereff qui dirige l’agence Optimus et David Gaudry (ex de l’agence de publicité Léo Burnett). En revanche, l’entrepreneur est plus évasif sur Betting on news, qu’il désigne pourtant comme "la maison mère" du site. La société est immatriculée au Registre du commerce d'Angleterre, pays où les paris d’argent sont légaux.

Le jeune entrepreneur évoque évoque aussi d’autres "soutiens" comme celui d’un "ami", Arnaud Dassier, le patron de l'Enchanteur, une agence web parisienne, et du journaliste Patrick Poivre d’Arvor qui "le conseille". Attendant de voir le potentiel du site, les deux hommes ne sont pas "encore" au capital de la société.

Patrick Poivre d’Avor avait d’ailleurs confirmé fin novembre son soutien et sa sympathie à Mehdi Tahri, sur Europe 1, au micro de Jean-Marc Morandini :

"Je lui ai dit que je trouvais cela bien. Je lui ai dit que je lui donnais mon soutien, voilà. Je trouve que c’est une idée qui est intéressante", avait alors assuré l’ancien présentateur du 20 heures. Un simple soutien donc pour le moment. Mais, peu importe, Pariactu utilise déjà son nom pour rendre attractif son projet. Ainsi peut-on lire sur les offres d’emplois pour le site : "Le produit sera lancé (…) sous la tutelle d’une grande personnalité de l’actualité télévisée"…

Et l’annonce de poursuivre : "Dans un contexte de crise des médias et d’effervescence autour du jeu sur Internet, le lancement de Pariactu s’annonce très prometteur et génère le plus grand intérêt". PPDA, qui réunissait devant son JT des millions de Français, leur portera-t-il bonheur ?