Paradis fiscaux : "BNP Paribas va fermer ses filiales"

  • A
  • A
Paradis fiscaux : "BNP Paribas va fermer ses filiales"
Partagez sur :

Baudoin Prot, le directeur général de BNP Paribas a précisé lundi que cela représentait "une demi-douzaine" de sociétés.

"Nous avons décidé de fermer nos filiales dans les paradis fiscaux [...] qui figurent sur la liste grise" de l'OCDE, a déclaré le directeur général de BNP Paribas, lundi sur Europe 1. Baudoin Prot a précisé que cela représentait "une demi-douzaine" de sociétés. BNP Paribas va ainsi quitter le Panama, selon son directeur.

Une enquête réalisée par Alternative Economique en mars 2009 révélait cependant que BNP Paribas détenait 189 filiales dans des centres offshores ou des pays appliquant peu ou prou de réglementations sur les transactions financières et appliquant des taux d'imposition très faibles sur les revenus des capitaux.

Regardez l'intégralité de l'interview :













Le sommet du G20 des 24 et 25 septembre dernier à Pittsburgh, aux Etats-Unis, est "un grand succès", s’est par ailleurs félicité Baudoin Prot. Pour le directeur général de BNP Paribas, "le G20 a repris les règles arrêtées le 25 aout dernier à Paris et appliquées depuis", soulignant "ce qui était une exception français, devient la règle mondiale".

En clair, les banques ont désormais l’obligation de renforcer "leurs coussins de sécurité", à savoir, leurs réserves en capital. Les établissements bancaires doivent aussi "proportionner les primes et les bonus en fonction des résultats", explique Baudoin Prot. Selon lui, "c’est un changement complet : les rémunérations variables seront désormais différées sur trois ans".

Le successeur désigné de Michel Pébereau s’est aussi réjoui de la réélection de la chancelière allemande : "C’est très important qu’Angela Meckel soit reconduite. Pour nous, le moteur économique allemand reste essentiel".

Alors que la banque britannique HSBC a annoncé qu'elle allait réinstaller sa direction générale en Asie, le directeur général de BNP Paribas a garanti que "BNP Paribas va garder son centre de décision à Paris".

Le directeur général de la première banque d’Europe a rappelé que pour encourager la croissance, un programme de 5 milliards d’euros était en place pour réaliser 40 000 projets : "les artisans, les PME et les particuliers : tous peuvent venir demander un prêt", a-t-il expliqué. Enfin, Baudoin Prot a affirmé que "le remboursement du prêt de l'Etat, interviendra avant le 30 juin 2010".