Pâques : le budget vacances raboté

  • A
  • A
Pâques : le budget vacances raboté
Les campings profitent à plein de la baisse du budget vacances des Français.@ MAXPPP
Partagez sur :

Face à la crise, les budgets des vacances de printemps des Français est en baisse de 7%.

Les vacances de Pâques, qui débuteront pour les académies de la zone B vendredi soir, et se poursuivront pour celles de la zone C sont placées sous le signe de l’économie. Le budget moyen annuel des Français qui voyagent a en effet diminué de 7%.

Les campings font le plein

Pour faire baisser la facture de leurs congés, les vacanciers adoptent une solution très simple : ils partent, mais moins longtemps. Le budget quotidien n'a pas bougé, une journée de vacance coûte toujours en moyenne 90 euros par foyer. En revanche, les séjours sont plus courts. Les Français rognent aussi sur l'hébergement. Les campings, par exemple, font carton plein, du jamais vu à cette époque de l'année.

"Durant les vacances, on sera facilement à 80% d’occupation, sachant qu’il y a toujours des gens qui peuvent se greffer en plus en fonction de la météo", confirme et se félicite Lydie Fritz, du camping du Perroquet à Bray-Dunes, dans le Nord. "Et effectivement, on a les joies de la plage, donc quand il fait très, très beau, c’est vrai que ce sont des vacances d’un bon rapport qualité-prix."

L’essor des chèques vacances

Autre tendance, un vacancier sur deux se décide au dernier moment. "Les Français veulent de moins en moins verser des acomptes pour leurs vacances", explique Didier Arino, président de l’agence Protourisme. "Et quand on part en dernière minute, forcément à ce moment-là on n’a pas eu à faire l’avance de trésorerie. Et de moins en moins de nos concitoyens sont fixés sur une destination précise. Ils font très attention notamment au coût du transport. On voit clairement une recherche de la proximité pour ces vacances de printemps

Et une fois sur place, les économies continuent. Les vacanciers sont de plus en plus nombreux à préférer les plats cuisinés au restaurant. Ils règlent aussi l'addition en chèques vacances. Ces moyens de paiement on grimpé de plus 3 % cette année.

Mais malgré toutes ces astuces, les Français qui ne partent pas sont de plus en plus nombreux. Près de 33 millions d’entre eux ne pourront pas s'offrir de congés cette année.