Panique chez les auto-entrepreneurs

  • A
  • A
Panique chez les auto-entrepreneurs
@ MAXPPP
Partagez sur :

VU SUR LE WEB - Ils disent leur inquiétude alors que l'exécutif veut réformer leur statut.

Le gouvernement souhaite limiter à 5 ans le bénéfice du régime de l'auto-entrepreneur lorsqu'il est utilisé pour exercer une activité principale. Le but affiché ? Favoriser la création d'entreprises classiques à plus fort potentiel de croissance.
 
 L'annonce de la ministre chargée de l'Artisanat, Sylvia Pinel, a immédiatement suscité des réactions inquiètes d'auto-entrepreneurs sur le Web, y compris sur Europe1.fr et le compte Facebook Europe1. Voici une sélection de ces témoignages.

>> Lire aussi : Auto-entrepreneurs : ce qui va changer

"Je n'aurai plus rien". "f14tomcat" a  55 ans. Après avoir été licenciée pour fermeture d'usine, elle a créé une activité de traductrice, statut auto-entrepreneur. Le dispositif lui permet tout juste ne sortir la tête de l'eau : "je gagne même pas le Smic, en travaillant 10-12h par jour, je n'ai pas droit à une indemnisation Pole Emploi', explique-t-elle avant de conclure, alarmée : "si le gouvernement met fin à ça, je n'aurai plus rien".

930auto

 "La clé sous la porte..." Amandine L.n'est pas beaucoup plus sereine.  "J'ai quitté mon emploi en 2010 pour me lancer à mon compte grâce à ce statut (..). Aujourd'hui je gagne correctement ma vie mais je ne dégage pas un chiffre d'affaires mirobolant", explique-t-elle. "Si ce statut est supprimé, je peux mettre la clé sous la porte... ",  écrit-elle aussi en fustigeant "la gauche caviar qui ne connaît rien au monde de l'entreprise".
  
 "On veut nous couper la tête". Jérôme L. est, lui, devenu auto-entrepreneur par défaut. "J'ai perdu mon emploi à cause d'un accident, je n'ai pas réussi à retrouver du travail dans ma région, et plutôt que rester inactif je me suis mis a mon compte", témoigne-t-il. Vivant avec moins que le Smic il ne cache pas sa colère : "les 23% nous assomment déjà, et maintenant on veut nous couper la tête", enrage-t-il avant de lâcher, amer : "j'aurais peut-être dû profiter du chômage sans chercher de boulot et faire le cas social !!"
 
 "Pourquoi est-ce qu'un auto-entrepreneur n'aurait pas les mêmes devoirs?" Quelques commentaires détonent cependant comme celui d'Arnaud G. qui estime que le statut d'auto-entrepreneur doit être considéré "comme un tremplin, une chance de se lancer sans trop de charges au départ". "Si au bout de 3 ou 5 ans l'entreprise est au même point, c'est que soit c'est pas viable ou que l'on est pas fait pour ça", tranche-t-il. Il évoque aussi le cas des artisans : "j'ai dans ma famille des artisans qui ne comptent pas leurs heures, qui ne se versent pas tout le temps de salaire... pourquoi est-ce qu'un auto-entrepreneur qui fait la même activité aurait pas les mêmes devoirs ?", fait-il mine de s'interroger.

Sur Twitter aussi, l'annonce du gouvernement a fait réagir :