Où en est-on de la loi Macron et du travail dominical ?

  • A
  • A
Où en est-on de la loi Macron et du travail dominical ?
Image d'illustration@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La loi Macron avait fait couler beaucoup d'encre au moment de sa promulgation l'an passé. Évincée depuis par la loi Travail, un de ses points faisait débat : le travail dominical. 

On parle beaucoup ces derniers temps de la loi Travail mais beaucoup moins de la loi Macron pour la croissance et l’activité, une loi promulguée l’an dernier. Le ministre de l’Economie vient de faire un nouveau point sur son application notamment sur l’ouverture des magasins le dimanche.



Un premier bilan positif. Le premier bilan est plutôt positif car même s’il y a encore des résistances du côté des syndicats, notamment aux Galeries Lafayette, les choses commencent à bouger. Berçy a fait les comptes : sur les 70 plus grandes villes françaises, un peu moins d’une sur deux ont augmenté le nombre de dimanche où les commerces peuvent ouvrir. De cinq dimanches travaillés, on passe ainsi à sept à Montpellier et Toulouse alors que ce sont huit dimanches travaillés dans l'année à Lille ou Belfort.

Les syndicats bloquent encore. Pour les zones touristiques internationales, les ZTI, à Paris et en région parisienne notamment, le bilan est plus mitigé. Même si, dans ces zones, les commerces peuvent ouvrir tous les dimanches de l’année, certains ont encore porte close car il faut trouver un accord avec les syndicats. La situation est donc bloquée à la FNAC ou encore aux Galeries Lafayette. Et, concernant les grands magasins, Emmanuel Macron a d’ailleurs fustigé, devant les parlementaires, l’attitude des syndicats opposés au texte.

Des arguments avantageux. Les syndicats jouent, selon le ministre de l’Economie, leur survie et non l’intérêt des salariés. Certaines enseignes ont toutefois réussi à les convaincre avec des arguments avantageux tels que les frais de transport et de garde d’enfants pris en charge tout comme des jours de récupération, c’est par exemple le cas chez Etam, Zara, Marionnaud, Apple, Nature & Découvertes ou encore Darty. Le BHV a également trouvé un accord récemment. Quant au Printemps, il vient d’ouvrir des négociations dans l’objectif d’aboutir cet automne.