Orion Porta, DG de Biocoop : "Le projet est de développer l'agriculture bio et non de faire du commerce"

  • A
  • A
Orion Porta, DG de Biocoop : "Le projet est de développer l'agriculture bio et non de faire du commerce"
Biocoop reste le premier réseau de magasins bio en France parmi les indépendants. @ Biocoop
Partagez sur :

Sur Europe 1, le directeur général de Biocoop revient sur la diversification des activités du leader des magasins bio en France, aujourd'hui dépassé par Carrefour. 

INTERVIEW

Le leader des magasins bio Biocoop est aujourd'hui devancé par une enseigne de la grande distribution, Carrefour. Orion Porta, directeur général de celui qui reste n°1 chez les indépendants, assure ne pas chercher à "lutter" contre ces enseignes de la grande distribution.

"On ne lutte pas contre eux mais on lutte pour un projet. Biocoop, c’est 30 ans d’existence. Aujourd’hui, on fait notre petit bonhomme de chemin, on va ouvrir 70 magasins cette année, on est en bonne phase de croissance et de développement. On développe l’offre en créant la demande en proximité, donc on est sur des stratégies différentes", explique lundi dans L’interview Éco Orion Porta.

Diversification et lifting. Cette nouvelle concurrence de la grande distribution, qui vend elle aussi ses propres produits bio, a eu un impact sur la croissance à deux chiffres de Biocoop : à magasins constants, elle se situe désormais autour de 2/3%. La société coopérative cherche dès lors à diversifier ses activités. Elle a annoncé jeudi dernier un partenariat avec une chaîne de fast-food bio, Bioburger, et compte ouvrir des magasins mono-thématiques, comme des boulangeries et des boucheries, hors des magasins Biocoop.

Entendu sur Europe 1
On est une coopérative unique en Europe

L’enseigne s’est également offerte un petit lifting, avec un nouveau logo et un nouveau slogan. "On n’a pas fait ça en réaction à la concurrence, c’est un projet ouvert il y a deux ans. C’était important de moderniser notre image (…) On a un modèle unique, on est une coopérative unique en Europe, dans lequel il y a 3.600 fermes de producteurs qui sont sociétaires de la Biocoop (…) et il fallait à travers ce changement d’image donner clairement cette vision au consommateur, de qu’est-ce que c’est Biocoop", fait valoir son directeur général.

Défendre des valeurs responsables. Pas de produits transportés en avions, pas de bouteilles d’eau en plastique vendues, des produits provenant à 80% de fermes françaises… Biocoop assure être différent de ses concurrents de la grande distribution "dans le modèle et dans le projet". "Le projet est de développer 'la bio' (l'agriculture bio) et non pas de faire du commerce. On respecte les saisons, on ne fait pas d’import en été de produits qui viennent de l’autre bout du monde… 'La bio' c’est tout cela, c’est toutes ces valeurs qu’on met derrière le projet", complète Orion Porta.

Quitte à faire payer les produits plus chers au consommateur ? "Oui, je crois clairement qu’un produit bio ne pourra jamais coûter le prix d’un produit conventionnel. Quand on consomme bio, on consomme différemment", reconnaît Orion Porta. Aujourd’hui, un panier moyen issu d’un magasin bio est environ 20% plus cher qu’un caddie de supermarché classique.