Olivier Sichel : "Notre prochain président doit permettre un développement numérique harmonieux"

  • A
  • A
Partagez sur :

La Digital New Deal Fondation soumet mardi aux candidats à la présidentielle un pacte pour soutenir la mutation numérique. Son président en a détaillé plusieurs points au micro d'Europe 1.

Il y a dix ans, Nicolas Hulot avait proposé un pacte écologique aux candidats de la présidentielle. En 2017, un nouveau pacte est proposé aux candidats à l'élection présidentielle, mais cette fois pour s'engager en neuf points sur le terrain du numérique. Le but ? Combler le retard accumulé par la France, et plus globalement par l'Europe, sur le sujet. L’initiative émane de Digital New Deal Fondation, présidée par Olivier Sichel. L'ex-PDG de Wanadoo était l'invité d'Europe 1 mardi midi.

"Une mutation qui va toucher tous les secteurs." Alors que les starts-up françaises du numérique sont décrites comme des pépites, ce constat de retard peut étonner. Le président de la fondation ne contredit pas leur succès mais rappelle qu'elles "restent très petites par rapport aux géants du web hors Europe." Par ailleurs, "les starts-up, ce n'est pas tout le numérique", souligne-t-il. Si l'un des engagements prévoit notamment de mettre plus d'argent provenant de l'assurance-vie vers les starts-up, il demande aussi un accompagnement des PME et des entreprises intermédiaires dans cette mutation numérique. "Même la SNCF a besoin de prendre un tournant", glisse Olivier Sichel qui prend aussi l’exemple des hôtels "de plus en plus confrontés à Booking.com" et qui doivent gérer cette situation. "Il est important que les candidats à la présidentielle prennent en compte cette mutation qui va toucher tous les secteurs."

Équité fiscale. Tout citoyen est concerné ne serait-ce que par ses données personnelles, ajoute le spécialiste. Parmi les secteurs impactés par le développement numérique, Olivier Sichel mentionne la fiscalité et pointe du doigt les géants comme Google. "Vous avez des entreprises françaises assujetties à l'impôt et c'est normal et d'autres entreprises qui sont organisées pour une évasion fiscale massive. Ce que l'on propose, c'est l'équité fiscale." Le président de la fondation souhaite aussi une équité en termes de protection sociale. "De plus en plus de gens travaillent pour des plates-formes. On peut citer Uber, quelle va être leur protection sociale ?", s'interroge-t-il. "Il faut que notre prochain président soit visionnaire, prenne en compte ces éléments et pose un cadre qui permette un développement numérique harmonieux."

Former les enseignants, créer des emplois de développeur. Au rang des secteurs concernés par le pacte figure aussi l'éducation. Les tablettes à l'école ne suffisent pas aux yeux du spécialiste. "On trouve que c'est plutôt une erreur qui a été faite. Ce sont les enseignants qu'il faut former au numérique." Dans une économie touchée par le chômage, l'emploi n'est pas oublié. "S'il y a un secteur qui crée de l'emploi, c'est celui des développeurs et ingénieurs en informatique. On propose que l'Etat soit en mesure de former 200.000 développeurs."