Non, la Fnac n'ouvrira pas le dimanche

  • A
  • A
Non, la Fnac n'ouvrira pas le dimanche
La Fnac à la Défense.@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

ÉCONOMIE - Les sénateurs avaient permis aux enseignes culturelles d'ouvrir le dimanche mais les députés ont préparé un amendement pour revenir sur cette décision.

INFO EUROPE 1

Finalement, vous n'irez pas faire vos emplettes dans les rayons de La Fnac les dimanches. Dans le cadre de la loi Macron, les députés avaient permis aux enseignes culturelles de pratiquer l'ouverture dominicale. Mais selon nos informations, les députés ont préparé un amendement pour revenir sur cette mesure. Le PDG de La Fnac, Alexandre Bompard, a déclaré mardi qu'il se battrait "jusqu'où bout" pour autoriser ses magasins à ouvrir le dimanche. "On a besoin de cette petite marge de manœuvre, de cet oxygène, c'est la raison pour laquelle on se bagarre sur le sujet", a-t-il assuré Alexandre Bompart. "La distribution culturelle est en danger. C'est un moyen de lui rendre un petit peu de marge de manœuvre face à Amazon", a-t-il plaidé.

Ne pas ouvrir une brèche. Les députés veulent ainsi éviter un effet domino. Si La Fnac peut ouvrir les dimanches, ils craignent en effet que d'autres enseignes en partie culturelles réclament le même privilège. Par exemple, la grande distribution pourrait demander à ouvrir les dimanches sous prétexte qu'elle vend des livres et des CD.

La Fnac, qui vend des téléphones et de l'électro-ménager, pourrait aussi donner des idées aux enseignes qui occupent ces secteurs, tels Darty et Boulanger qui ont d'ailleurs déjà fait du lobbying auprès des députés.

"C'est dommage". A l'Assemblée nationale, un amendement des députés socialistes devrait donc détricoter ce que les sénateurs avaient mis en place. Pour Jean-Luc Treutenaere qui représente les libraires Cultura, Decitre et Le Furet du Nord, ne pas ouvrir le dimanche est une occasion manquée. "C'est dommage parce que cela a beaucoup de bénéfices en renforçant l'économie locale autour des magasins et en donnant des opportunités à d'autres commerces comme la petite restauration", explique-t-il au micro d'Europe 1. Il estime aussi que "pour les collaborateurs", la rémunération double du dimanche est "très appréciable par les temps qui courent". Le 29 mai dernier, des salariés de La Fnac avaient débrayé dans les magasins de province à l'appel d'une intersyndicale pour protester contre ce projet d'ouverture du dimanche. 

Calmer la fronde. Derrière l'amendement socialiste, il y aussi un argument politique. Le gouvernement ne voulait pas donner des arguments supplémentaires aux députés frondeurs. Ces derniers étaient vent debout lors du passage en première lecture de la loi sur la croissance à l'Assemblée qu'ils jugeaient trop libérale.


Qui ouvre les dimanches ? Depuis une décision du Conseil d'Etat en février dernier, les magasins de bricolage ont le droit d'échapper à la règle des fermetures du dimanche. Pour les autres commerces situés en ville, cinq dimanches d'ouverture par an sont autorisés. La loi Macron prévoit de passer ce chiffre à 12 mais aussi de créer des zones commerciales et des zones touristiques internationales qui pourront déroger à la fermeture. À Paris, les grands magasins, tels Les Galeries Lafayette ou Le Printemps, pourraient en bénéficier.