NKM au chevet de l'ascenseur social

  • A
  • A
NKM au chevet de l'ascenseur social
Partagez sur :

Entre 22 et 25% des trentenaires et des quadragénaires sont aujourd'hui plus bas dans l'échelle sociale que ne l'étaient leurs parents.

La panne de l'ascenseur social en France, dénoncée depuis plusieurs années par les sociologues et les chercheurs, est auscultée de près par le gouvernement qui a reçu jeudi un rapport confirmant cette tendance, surtout pour les jeunes et les femmes.

Invitée d'Europe 1 vendredi matin, la secrétaire d'Etat à la Prospective Nathalie Kosciusko-Morizet s'est déclarée "choquée" par le fait "qu'aujourd'hui, dans une famille, la fille a plus de risque de se retrouver dans une situation sociale inférieure à ses parents que son frère".

Autre sujet d’inquiétude : les bacheliers qui "forment actuellement le groupe le plus exposé au déclassement". "On observe une vraie période de déclassement en début de vie professionnelle" a expliqué NKM. "On est amené à accepter un premier travail qui est en décalage par rapport à son diplôme et à ce qu’il pouvait laisser espérer". Un décalage rattrapé en partie "au bout de trois années de travail" a ajouté la secrétaire d’Etat. Au final, seules 10% des personnes resteront dans un statut inférieur à ce qu'elles pouvaient prétendre.

Le rapport propose "trois priorités" au gouvernement : insertion initiale des jeunes dans l'emploi, accès à la propriété pour les classes moyennes, et "poursuite de la réforme de l'Etat-providence dans le sens d'une plus grande équité inter et intra-générationnelle", avec notamment en ligne de mire l'évolution du système de retraites. Il préconise en particulier de favoriser l'orientation des filles vers des filières scientifiques et technologiques et la mise en place pour les étudiants d'un dispositif de prêt qu'ils rembourseront selon leurs moyens, une fois rentrés dans la vie active.

Ce rapport va apporter "un éclairage concernant les dépenses d’investissement qui seront faites grâce à l’emprunt national" a conclu NKM.