Nicolas Ferrary (Airbnb) : "on complexifie les règles"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'Assemblée nationale pourrait mettre en place un système d'autorisation avant une mise en location sur une plateforme comme Airbnb.

INTERVIEW

Sera-t-il nécessaire de s'enregistrer en mairie avant de louer son appartement sur Airbnb ? Une commission mixte paritaire dans le cadre du projet de loi Numérique pourrait rendre obligatoire un enregistrement auprès des communes de plus de 200.000 habitants des personnes souhaitant proposer leur appartement sur une plateforme de location. Nicolas Ferrary, directeur France d’Airbnb, s'est dit, mercredi sur Europe 1, opposé à ce projet qui serait, selon lui, contre-productif,

"Un permis de louer". "Il s'agit de fixer un permis de louer. Le problème, c'est que des règles existent déjà et que là on les complexifie", regrette le directeur d'Airbnb France. "On va dire aux personnes qui veulent partir deux semaines au mois d'août et louer leur appartement pendant leur absence pour gagner un peu d'argent et financer leurs vacances, 'il faudra vous rendre en mairie et vous enregistrer'", explique-t-il. Pour le responsable d'Airbnb, le système sera inefficace. "Ce que l'on voit dans les autres villes européennes qui ont mis en place des systèmes comme celui-là, et notamment Barcelone, c'est que ça ne marche pas et que l'on se retrouve dans des situations où il n'y a plus que des professionnels qui louent parce que finalement eux vont s'enregistrer et les particuliers sont découragés et ne le font plus", détaille-t-il.

Une bonne idée mais pas le bon moyen. "L'objectif du permis de louer c'est de demander à tout le monde de s'enregistrer pour pouvoir contrôler les dérives de personnes qui prendraient des appartements pour les dédier complètement à la location et les enlever du marché du logement. C'est un très bon objectif que l'on partage avec la ville de Paris", explique Nicolas Ferrary. "Le problème, c'est le moyen pour y arriver. On demande à tous les particuliers qui eux n'ont aucun impact sur le logement, de s'enregistrer", avance-t-il.

Au-delà de 120 nuits par an.Airbnb souhaiterait donc que les règles soient modifiées. "Il y a une proposition très simple qui est de rendre l’enregistrement obligatoire mais uniquement pour les personnes qui louent plus de 120 jours par an", demande le responsable France de la plateforme. "Ce sont ces personnes là qu'il faut contrôler et pas le particulier qui loue deux ou trois semaines pendant l'été", avance-t-il alors que les hôtes louent leur appartement en moyenne 26 nuits par an.