Nice ne veut pas perdre ses galets

  • A
  • A
Nice ne veut pas perdre ses galets
Partagez sur :

La municipalité est décidée à tout faire, achat de galets et construction de digues, pour tenter de sauver la célèbre plage de la Baie des Anges.

Si rien n’est fait, la célèbre plage de la Baie des Anges à Nice aura disparu dans une centaine d’années. La municipalité a donc décidé de sortir les grands moyens pour préserver cette étendue longue de 4,5 km et ses non moins fameux galets gris. Chaque année, quelque 15.000 mètres cubes de galets, soit l’équivalent de 50.000 tonnes, ont tendance à être aspirés vers le fond de la Méditerranée, selon une étude de la communauté urbaine.

Pour faire face à cette "hémorragie", Nice s’était tourné vers la rivière toute proche du Paillon pour réapprovisionner ses plages. Mais la source s’est tarie. La Ville pourrait désormais acheter des galets pour combler le manque. Budget estimé : jusqu’à un million d’euros pour une solution à court terme.

"Au-delà de l'achat de ce matériau, solution à court terme, il faut envisager maintenant des pistes durables comme des épis brise-lames ou des digues sous-marines aptes à casser la houle et les courants", ajoute Véronique Paquis, chargée de l'environnement à la mairie de Nice.

Car la disparition des galets est un phénomène directement lié à la mer. Face à une baie très ouverte, un plateau continental extrêmement étroit et une pente abrupte, les coups de mer causent souvent d'importants dégâts et la perte des galets.