Navires Mistral : accord entre Paris et Moscou sur un remboursement

  • A
  • A
Navires Mistral : accord entre Paris et Moscou sur un remboursement
La livraison des navires Mistral à la Russie est suspendue en raison de la guerre en Ukraine@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP
Partagez sur :

Paris et Moscou se sont entendus sur un montant - et les délais de remboursement - suite à la non-livraison de la France des navires Mistral à la Russie.

Paris va rembourser Moscou. Les deux pays se sont mis d'accord sur la somme que la France doit verser à la Russie en dédommagement de la non-livraison des navires Mistral après huit mois d'intenses négociations, a annoncé vendredi un haut responsable russe. L'Elysée n'a fait aucun commentaire. La somme que devra rembourser Paris à Moscou a été fixée à 1,16 milliard d'euros, affirme vendredi le quotidien russe Kommersant citant plusieurs sources anonymes.

Mise à jour, vendredi à 18h28 : François Hollande dément

"Pour l'instant, il n'y a pas d'accord", a démenti le président français.

"Tout a été décidé". "Les négociations sont déjà entièrement achevées, tout a déjà été décidé - et les délais, et la somme", a déclaré jeudi soir le conseiller pour la coopération militaire et technique du président russe, Vladimir Kojine, dans des propos rapportés par RIA Novosti. "J'espère que nous signerons au plus vite l'accord sur la résiliation du contrat". Cet accord devrait être signé "pendant les premiers dix jours d'août" par les chefs d'Etat russe et français, a assuré le quotidien.

"Nous n'avons pas l'intention d'exiger des pénalités excessives". Ces contrats avaient été signés le 17 juin 2011 et portaient sur la vente et la livraison de deux navires Mistral à la Russie. Mais en septembre 2014, Paris a décidé de suspendre la livraison de ces navires, la soumettant à deux conditions : la mise en place d'un cessez-le-feu en Ukraine et un règlement politique entre les deux pays. Depuis, les tensions diplomatiques entre la France et la Russie n'ont cessé de s'amplifier, Vladimir Poutine allant même jusqu'à réclamer le remboursement des sommes versées. "Je pars du principe que les autorités françaises, les Français étant des gens corrects, nous rendront l'argent. Nous n'avons pas l'intention d'exiger des pénalités excessives, mais il faut que les pertes que nous avons subies soient remboursées", expliquait-il en avril dernier. Il a visiblement été entendu.

Hollande aurait pris sa décision. François Hollande a déclaré lundi qu'il prendrait "dans les prochaines semaines" sa décision concernant la livraison à la Russie des navires. Le premier des deux navires de guerre, le Vladivostok, devait être initialement remis à Moscou à la mi-novembre 2014, tandis que le second, le Sébastopol, devait théoriquement être livré à la Russie à l'automne 2015. Mais selon nos informations, le président français aurait pris sa décision sur ce dossier il y a plusieurs jours, voire plusieurs semaines.