INTERVIEW E1. "La solution passe par l’État. C'est le seul outil qui peut lutter contre un prédateur contre Mittal", a déclaré mardi sur Europe1 Édouard Martin, délégué CFDT à l'usine Florange d'ArcelorMittal. "Nous avions un repreneur, prêt à investir 500 millions d'euros. Mais Jean-Marc Ayrault a refusé d'entendre le mot nationalisation", a déploré le syndicaliste. "Regardez l'exemple allemand. Angela Merkel n'est pas à gauche, elle est ultralibérale. Mais pourtant la moitié de l'industrie allemande est aidée par des capitaux publics", a-t-il renchéri.

>> A LIRE AUSSI - Oui, la CGT peut signer des accords